FAQ

 

Non-Residents Providing Services in Canada – Tax Implications (Regulation 105)

Contact UHY Canada US Tax Team for assistance with your Regulation 105 issues

crossbordertax@uhyvictor.com 

(514) 282-0067

We have expertise in filing requirements, applying for waivers and filing corporate and personal income tax returns to recoup Regulation 105 withholdings.

 



 

Regulation 105 – Withholding Taxes

Regulation 105 of the Canadian Income Tax Act imposes a 15% withholding tax on fees, commissions or other amounts earned from services rendered in Canada by non-resident individuals and corporations. If these services are rendered in the province of Quebec, they will be subject to an additional Quebec withholding of 9%. These amounts must be withheld by the Canadian payor even if the non-resident providing the services has no permanent establishment in Canada. However, even if the non-resident has no permanent establishment in Canada, these withholding taxes can be recouped. The non-resident entity must file a Canadian (and Quebec) tax return at the end of the non-resident’s fiscal year and claim a refund to the extent permitted on those tax returns. Purchasers of services from non-residents are relieved from the obligation to withhold taxes only if the non-resident obtains a waiver from the CRA and the MRQ, where applicable. The withholding tax on services is called Regulation 105 withholding. It applies to services only and NOT to the sale of goods (in bundled contracts) or the reimbursement of expenses where no profit is earned. Penalties for not withholding can be high – 10% of the tax (and 20% in cases of gross negligence). Non-residents have to apply to CRA for a business number (BN) and they should receive a tax slip (T4A NR) from each of their Canadian customers showing the gross amounts paid and the taxes withheld on a calendar year basis. The filing deadline for a T4A NR is February 28 of the year following the payment(s).

 

Regulation 105 – Waivers The 15% withholding is not the final tax of the non-resident. CRA considers the withholding to be a payment on account of the non-resident’s potential tax liability in Canada. Generally, non-residents are required to file a Canadian income tax return to calculate their tax liability or to obtain a refund of any excess withholding amounts. Where a non-resident can demonstrate that the withholding is higher than their potential tax liability in Canada, either due to treaty protection or income and expenses, the CRA may reduce or waive the withholding. Non-residents who want to request a waiver or reduction of withholding have to submit a waiver application to the CRA tax services office in the area where their services are to be provided. Waiver applications have to be submitted no later than 30 days before the period of service begins, or 30 days prior to the initial payment for the related services. Waivers from withholding taxes can be applied for by the non-resident. These waivers can be one of two types:

 

 

  • Treaty-Based Waiver- complete exemption
  • Income and Exepsen Waiver -an exemption to withhold on the basis of income net of expenses and at normal income tax rates 

 

 

The non-resident must provide a letter from Canada Revenue Agency authorizing a waiver or reduction of the withholding amount. If you do not receive such a letter, you have to withhold the usual 15%. Form: Regulation 105 Waiver Application Form Use this form if you are a non-resident self-employed individual or corporation and want to apply for a reduced amount of Regulation 105 withholding tax from amounts paid to you for services provided in Canada.

 

Regulation 105 – Tax Filing Obligations of the Non-Resident Every non-resident providing services in Canada must file a Canadian tax return (and Quebec tax return where applicable) and report the income that it earned in Canada. This obligation is the same whether or not the non-resident has or is deemed to have a PE. If the non-resident is an individual and has or is deemed to have a PE in Canada, then they will pay income taxes based on graduated tax rates without entitlement to any personal exemptions. Corporations pay part I tax (29% to 35%, depending on the province in which they operate) as well as a branch tax (5% for US corporations), with an exemption on the first $500,000 of business profits. Individuals have filing deadlines of June 15 of the following calendar year. Corporations have to file within 6 months after their year-end. Regulation 105 withholding can be refunded by completing a Canadian tax return. The refunds could be received more than 18 months after the taxes are withheld. These taxes are not refundable if tax returns are filed more than 3 years after the relevant taxation year-end.

 

Regulation 105 – Goods and Services Tax (GST) GST and its provincial counterparts, HST & QST, have to be charged on supplies (goods and services) made in Canada. Non-residents have to register for GST if they have a PE in Canada. PE definition for GST purposes is broader than for income tax purposes – the only criterion which must be met for PE to exist for GST purposes is the existence of a fixed place of business like an office or a workshop. Note that non-residents can voluntarily register for GST if they don’t have a PE in Canada. Registration for GST will entitle the non-resident to claim a refund on GST it incurs in its commercial activities in Canada. In this case, CRA requires the non-resident to post security. The security is waived if the non-resident’s taxable supplies in Canada do not exceed $100,000 annually and whose annual net tax is between $3,000 payable and $3,000 recoverable.

 

Regulation 105 – Permanent Establishment Non-residents who provide services through a permanent establishment in Canada must file Canadian income tax returns. They must report and pay Canadian income taxes on the income they generate from the services provided. Americans must refer to Article V of the US Canadian tax treaty for the definition of permanent establishment:

 

  • A fixed place through which business is carried on;
  • A person acting as an agent, other than an independent agent, who has the authority to conclude contracts;

 

Note that an independent agent who is acting in the ordinary course of his business does not create a PE; PE specifically excludes a fixed place of business used solely for – Storage, display or delivery of goods – Purchase of goods; and – Advertising or supply of information or scientific research.  

 

Regulation 105 – The US-Canada Tax Treaty and the Fifth Protocol Changes to the rules on the taxation of services rendered by a US non-resident came into effect on January 1, 2010. Article XIV was eliminated and new deeming rules were introduced and inserted at the end of Article V of the Treaty (paragraphs V(9)(a) & (b)). The rules now state that if PE does not, in fact, exist based on the existing rules, then it will be deemed to exist if: 

  • 9(a) The Single individual Test (for Individuals)

Services are performed by an individual who is present in the other Contracting State for more than 183 days in a 12-month period and, during this period, more than 50% of the gross active revenues of the enterprise are generated from these services; or

  • 9(b) The Enterprise Test (for Corporations)

Services are provided in the other Contracting State for more than 183 days in a 12-month period with respect to the same or connected project for a customer’s PE in the other Contracting State. Collective presence of more than one individual providing services during one calendar day will only count for one day of physical presence by an enterprise in the other state.

 

Regulation 105- Tips for Non-Residents Providing Services in Canada  Review any on-site installation and training activities in Canada to ensure that appropriate Canadian tax filings and payments are made. Review and complete the CRA’s checklist (T2 SCH 91 E) to determine PE status in Canada. If a PE is deemed to exist in Canada consider alternatives for recovering a portion of Regulation 105 withholding tax based on actual income earned on the contract in Canada. Ensure that contracts with Canadian customers clearly distinguish between services provided in Canada and elsewhere. If the distinction is not clear, the entire contract would be subject to Regulation 105 withholding tax. Review the obligation to register for GST/HST and QST where applicable. Given the delay in receiving a refund of Regulation 105 withholding and the fact that the IRS will not grant a foreign tax credit on foreign taxes which should be refunded, the US resident should consider creating a PE in Canada in order to expedite the recovery of its foreign taxes.

 

Click here to find out more information about the UHY Canada/ U.S. Tax Team Sources

 

 

CRA Information Circular IC 75-6R2 « Required Withholding from Amounts Paid to Non-Residents Performing Services in Canada » Quebec TP-1016-V Interpretation Revenu Quebec ADM. 7-, « Reduction in Source Deductions in Income Tax in Respect of a Payment for Services Rendered in Quebec by a Person Not Resident in Canada ».

 

Applications for a waiver or a reduction of withholding: The 15% withholding is not the final tax of the non-resident. Canada Revenue Agency considers the withholding to be a payment on account of the non-resident’s potential tax liability in Canada. Generally, non-residents are required to file a Canadian income tax return to calculate their tax liability or to obtain a refund of any excess withholding amounts. Where a non-resident can demonstrate that the withholding is more than their potential tax liability in Canada, either due to treaty protection or income and expenses, Canada Revenue Agency may waive or reduce the withholding. Non-residents who want to request a waiver or reduction of withholding have to submit a waiver application to the Canada Revenue Agency tax services office in the area where their services are to be provided. Waiver applications have to be submitted no later than 30 days before the period of service begins, or 30 days prior to the initial payment for the related services. The non-resident must provide a letter from Canada Revenue Agency authorizing a waiver or reduction of the withholding amount. If you do not receive such a letter, you have to withhold the usual 15%.

 

Waiver application form: Regulation 105 Waiver Application Form Use this form if you are a non-resident self-employed individual or corporation and want to apply for a reduced amount of Regulation 105 withholding tax from amounts paid to you for services provided in Canada.

 

Toute personne, résidant au Canada ou non, qui paie des services d’un non-résident rendus au Canada doit retenir une partie des paiements bruts et la remettre au receveur général du Canada.

 Les retenues sont fixées à un taux de base de 15%. Un  9% doit être retenue par le ministre du Revenu du Québec pour les services fournis au Québec. Pour plus d’informations concernant cet important changement de la convention fiscale des États-Unis avec le Canada.

 

 

Veuillez nous contacter: 

 

UHY Victor LLP Équipe Fiscale Transfrontalière

crossbordertax@uhyvictor.com

(514)-282-0067

 

 

Cliquez ici pour des informations sur les retenues à la source pour les Américains fournissant des services au Canada.

 

 

Qu’est-ce qu’un « FBAR »? Un « FBAR » est le «rapport des comptes bancaires et financiers étrangers» qui doit être déposé auprès du département du Trésor américain. Le « FBAR » is now filed on FinCen Report 114 (formerly form TD F 90-22.1).

 

 

Who Must File an FBAR? Les personnes considerées Americaines doivent replir un  « FBAR » si;

  • La personne considérée Americaine détenait un intérêt financier ou une autorité de signature sur au moins un compte financier situé en dehors des États-Unis; et 
  • La valeur globale de tous les comptes financiers étrangers a dépassé 10 000$ dollars à tout moment de l’année civile à déclarer.

 

Les individus considérées Americaine sont: Citoyéns Americains; Résidents américains; Les détenteurs de la carte verte, les entités, y compris, sans toutefois s’y limiter, les sociétés, les partenariats ou les sociétés à responsabilité limitée, créés ou organisés aux États-Unis ou en vertu de la législation des États-Unis; et des fiducies ou des successions constituées conformément aux lois des États-Unis.  

 

Informations de déclaration et de classement Une personne qui détient un compte financier a l’étranger peut avoir une obligation de déclaration même si le compte ne génère aucun revenu imposable. L’obligation de déclaration est satisfaite en répondant aux questions sur une déclaration de revenus concernant des comptes étrangers (par exemple, les questions sur les comptes étrangers sur le formulaire 1040, annexe B) et en déposant un FBAR. La « FBAR » est un rapport d’année civile qui doit être déposé auprès du Département du Trésor au plus tard le 30 juin de l’année suivant l’année civile indiquée. Généralement, les délais supplémentaires pour déposer un « FBAR » ne sont pas accordés.

 

La FBAR n’est pas produite avec une déclaration de revenus fédérale. Toute prolongation de délai accordée par l’IRS pour produire une déclaration de revenus ne prolonge pas le délai de dépôt d’un FBAR. Depuis le 1 er juillet 2013 – Le dépôt électronique des FBAR est obligatoire

UHY Victor LLP est autorisé à déposer FBAR électroniquement au nom de la personne obligée de déposer une FBAR. Les contribuables américains qui détiennent des actifs financiers étrangers peuvent également être amenés à produire un formulaire 8938 (Déclaration de certains actifs financiers étrangers) avec leur déclaration de revenus 1040 US tax return. 

 

 

Visitez: 

 

 

 

Les expatriés américains se demandent s’ils vont souscrire une assurance maladie répondant aux critères de la loi sur les soins abordables (Obamacare) ou être pénalisé s’ils ne le sont pas.

 

La loi prévoit une exemption selon laquelle, si un Américain est éligible à bénéficier de l’exclusion du revenu gagné à l’étranger (formulaire 2555) [voir: IRC 911] en tant que résident de bonne foi d’un pays étranger ou soumis au test de présence physique, le particulier est exempté des obligations de la loi en matière d’assurance maladie. En outre, un Américain qui travaille à l’étranger et est couvert par le régime collectif américain ou par l’assurance-maladie est exempté de la Loi sur les soins abordables.Ceux qui ne travaillent que temporairement à l’étranger pendant quelques mois, puis rentrent aux États-Unis ne sont pas exemptés des exigences de la loi et doivent souscrire une assurance maladie ou subir des pénalités. Les non-résidents qui ne restent pas assez longtemps aux États-Unis pour devenir résidents permanents (généralement entre 183 jours ou plus) ne sont pas tenus d’obtenir une couverture d’assurance maladie.

 

Question: Puis-je quand même acquérir une assurance santé aux États-Unis si je réside en dehors des États-Unis?

Reponse: Non. Pour acquérir une assurance en tant qu’individu, vous devez habiter aux États-Unis (2).

Question:  Quel sera l’impact d’ObamaCare en tant qu’expatrié? Est-ce que je devrai payer des taxes?

 Reponse: Si vous êtes un contribuable considéré comme un salarié à revenu élevé:

  • En tant que dépôt célibataire avec un revenu  (un revenu brut ajusté) supérieur de $200,000
  • En tant que dépôt marié conjointement avec un classement partagé avec un revenu supérieur $250,000
  • En tant que dépôt marié séparément (un revenu brut ajusté) au dessus de$125,000
  • En tant que chef de famille avec un revenu supérieur $200,000
  • En tant que Veuve (veuve) admissible avec un revenu brut ajusté supérieur à 250 000 

 

Vous devrez payer un impôt supplémentaire de 3,8% sur le revenu de placement net, qui comprend, sans toutefois s’y limiter, les intérêts, dividendes, plus-values, loyers, revenus de redevances, revenus de rentes non qualifiées provenant d’entreprises impliquées dans le négoce d’instruments financiers entreprises qui sont des activités passives pour le contribuable. Il semble que la taxe supplémentaire de 3,8% payée par les citoyens américains résidant au Canada ne donne pas droit à un crédit pour impôt étranger sur leur déclaration de revenus canadienne.  

 

Resources:

 

 

Divulgations volontaires 

 

  L’Agence du revenu du Canada (ARC) et le ministre du Revenu du Québec (Revenu Québec) ont des programmes de divulgation volontaire (PDV) qui permettent aux contribuables qui n’ont pas rempli leurs obligations fiscales de remédier volontairement à leur situation sans encourir de sanctions et de poursuites judiciaires. Lorsqu’une demande de divulgation volontaire est acceptée, le contribuable ne paie que les impôts dus dus, plus les intérêts. Ces programmes ne sont pas destinés à toutes les situations et comportent certaines restrictions, et les contribuables devraient consulter un professionnel avant de procéder à une divulgation volontaire. L’avantage principale de la divulgation volontaire est que le contribuable ne sera pas soumis à des pénalités qui pourraient par ailleurs être imposées pour des revenus non déclarés. Ces pénalités peuvent être substantielles – souvent supérieures à 50% et même à 100% des taxes dues. En outre, un allégement partiel des intérêts peut également être accordé. Un contribuable peut également obtenir une protection contre les poursuites pénales dans certains cas par le biais d’une divulgation volontaire.

 

Divulgations volontaires – Conditions: Les contribuables devraient rester en conformité après leur divulgation volontaire. Pour qu’une divulgation volontaire soit valide, elle doit remplir toutes les conditions suivantes:

  • La divulgation est volontaire: La divulgation doit être faite avant que le contribuable soit au courant de toute mesure de conformité prise à son encontre.
  • Une pénalité s’applique au revenu non divulgué: Si le contribuable ne doit pas payer d’impôts ou s’il a des pénalités à payer, il peut ne pas être admissible au programme de divulgation volontaire.

  • L’information est en retard d’au moins un an: Le programme de divulgation volontaire ne concerne pas les dépôts actuels, bien qu’il puisse inclure l’année en cours s’il fait partie d’une divulgation s’étalant sur plusieurs années.

  • L’information est complète: Lorsqu’il soumet la divulgation volontaire, le contribuable doit fournir des faits et des documents complets et exacts pour toutes les années d’imposition ou périodes de déclaration dans lesquelles se trouvaient auparavant des informations inexactes, incomplètes ou non déclarées concernant l’un ou l’autre des comptes fiscaux associés au contribuable.

 

Divulgations volontaires – Admissibilité: Lorsque les conditions sont remplies, le Programme de divulgation volontaire peut obtenir une réparation dans les cas suivants:

  • Vous n’avez pas rempli vos obligations en vertu de la loi applicable;
  • Vous n’avez pas déclaré le revenu imposable que vous avez reçu;
  • Vous avez déclaré des dépenses non admissibles dans votre déclaration de revenus;
  • Vous n’avez pas versé les retenues à la source de vos employés;
  • Vous n’avez pas déclaré un montant de TPS / TVH;
  • Vous n’avez pas produit de déclaration de renseignements; ou
  • Vous n’avez pas déclaré un revenu de source étrangère imposable au Canada.

 

Le programme de divulgation volontaire n’accepte pas les divulgations concernant:

  • les rentrées de faillite;
  • les déclarations de revenus sans impôts dus ou avec remboursements prévus;
  • Elections;
  • Arrangements de tarification préalable
  • Dispositions de roulement; et
  • Demandes d’ajout de pénalités et d’intérêts après évaluation

 

Divulgations volontaires – méthodes d’évaluation (Remarque – ce ne sont que des lignes directrices générales) Bien que les programmes de l’ARC et de Revenu Québec aient des conditions d’admissibilité similaires, les agences respectives ont des approches très différentes lors du traitement des divulgations volontaires.

 

Agence du revenu du Canada: En règle générale, l’ARC imposera le revenu non déclaré datant des 10 dernières années, majoré des intérêts.

Revenu Québec: Normalement, Revenu Québec commence par taxer le capital d’ouverture non déclaré du contribuable (en partant du principe qu’il n’a jamais été déclaré au moment où il a été gagné), puis à imposer tout revenu sur 6 ans. Toutefois, selon le scénario, Revenu Québec accepte de temps à autre d’autres méthodes de calcul des taxes exigibles.

 

 

Divulgations volontaires – nommés vs anonymes: Lorsqu’il procède à une divulgation volontaire, le contribuable peut soit:

  • Fournir des informations complètes, y compris le nom et l’adresse au moment du premier contact ou;
  • Ouvrez le fichier de manière anonyme. Le contribuable dispose alors de 90 jours calendaires pour révéler son identité. Lors de l’ouverture anonyme du fichier, le contribuable doit fournir les mêmes informations que ci-dessus, à l’exception de son nom (mais il doit également indiquer les trois premiers chiffres de son code postal).

 

Les deux options ci-dessus présentent des avantages et des inconvénients, qu’il convient d’examiner avant de prendre contact avec l’ARC et Revenu Québec.

 

Pour plus de renseignements sur le Programme Divulgations Volontaires avec l’Agence du Revenu du Canada cliquez ici.

Pour plus de reseignements sur le Programme de Divulgations Volontaires de Revenu Québec cliquez ici. 

Pour plus d’informations sur les changements recents de Revenu Québec sur le Porgramme Divulgation Volontraires cliquez ici.

 

Notre bureau a effectué un grand nombre de divulgations volontaires avec les deux agences gouvernementales. Nous avons mis au point des systèmes pour résumer efficacement les informations financières et créer des rapports conçus pour présenter les informations dans un format accepté par les agents au traitement des divulgations volontaires de l’Agence du Revenu du Canada (ARC) et Revenu Québec.

 

Besoin d’aide?  Contactez-nous si vous avez des questions concernant le programme DV. Notre bureau est situé à Montréal, Québec, et nous pouvons vous aider avec les soumissions canadiennes et québécoises.

 

UHY Victor LLP Équipe Fiscale Transfrontalière

crossbordertax@uhyvictor.com

(514)-282-0067

 

 

 

Disposition de biens Canadiens imposables:

 

Vente de biens immobiliers au Québec par des non-résidents

  • Un vendeur immobilier non-résident situé au Québec doit informer les gouvernement Canadien et Québécois de la vente d’un bien immobilier dans les 10 jours de la vente.
  • L’acheteur du bien (généralement par l’intermédiaire du notaire chargé de clôturer la transaction de vente) est tenu de retenir des taxes sur les non-résidents de 25% (fédéral) et de 12% (Québec) du produit brut de la vente.
  • Afin de réduire la retenue d’impôt des non-résidents, le propriétaire non-résident peut déposer des formulaires dans les 10 jours suivant la vente auprès de l’ARC et de Revenu Québec, ainsi que des preuves du produit de la vente et du prix de base rajusté du bien. S’ils sont approuvés, les formulaires permettent de limiter l’impôt retenu par les non-résidents à l’impôt sur le gain réel réalisé sur la vente.
  • Après avoir examiné les formulaires du non-résident, l’ARC et Revenu Québec émettront un Certificat de Conformité. Ce Certificat permet à l’acheteur de réduire les taxes retenues sur la vente. Généralement, le notaire émettra des chèques à partir de son compte en fiducie détenant le produit de la vente pour couvrir les montants dus calculés sur les demandes de certificat.
  • Une fois que les taxes des non-résidents sont payées, le notaire distribuera généralement le reste du produit au vendeur non-résident.

 

Notez que ce processus décrit uniquement les retenues à la source. L’impôt exigible est déterminé en produisant les déclarations de revenus canadienne et québécoise au plus tard le 30 avril de l’année suivante. Contactez-nous directement si vous avez besoin d’aide pour la vente de biens immobiliers situés au Québec.

 

 

Resources:

 

 

 

 

Prix de transfert des États-Unis au Canada: Les prix de transfert sont les prix facturés par les entreprises pour les biens, les services, les actifs tangibles et inctagibles qu’elles négocient avec des filiales et d’autres entités contrôlées.

 

Étant donné que ces prix de transfert sont fixés en interne par la direction, ils sont fréquemment soumis à un examen minutieux de la part de l’IRS et de l’ARC. Les autorités fiscales s’accordent pour dire que le prix de transfert approprié est celui que deux parties sans lien de dépendance accepteraient. Par conséquent, l’objectif des experts en prix de transfert est de déterminer quel est le «prix de pleine concurrence» ou «prix du marché» pour une situation donnée. Ces dernières années, l’ARC et l’IRS ont mis davantage l’accent sur les vérifications des prix de transfert.

Une analyse des plusieurs facteurs est requise pour déterminer un transfert de prix, ce qui includent :

  • Nature des activités de l’entreprise
  • Les risques 
  • Les actifs tangibles, intangibles employés
  • Caractérisation des entités et comparabilité du lien de dépendance avec les transactions avec lien de dépendance

 

Régulations au Canada : En l’absence de documentation appropriée sur les prix de transfert, le vérificateur des impôts est tenu d’imposer une pénalité de 10% du montant net de l’ajustement du prix de transfert. De plus, les sociétés doivent disposer de documents de prix de transfert à jour, qui doivent être fournis à l’ARC dans les trois mois suivant une demande écrite en ce sens.

 

 

Ententes: Les entreprises commencent leur analyse des prix de transfert en identifiant les transactions entre parties liées, qui relèvent généralement des domaines suivants:

  • Transfert de produits tangibles tels que les stocks
  • Transfert des services tels que les services de gestion et d’administration
  • Transfert des actifs intangibles tels que l’utilisation d’un brevet ou d’un droit d’auteur
  • Transfert des immobilisations tangibles telles que machines et matériel
  • Des prêts intra-groupe

 

Analyse de l’Industrie et du marché: L’analyse de l’industrie et du marché et fournit une description de l’environnement général des entreprises et comprend:

  • Profile de l’industrie
  • Taille du marché et niveau le concentration
  • Profils généraux des concurrents; la taille, strategies et parts de marché 
  • Tendances actuelles dans l’industrie
  • Facteurs de succès critiques

 

L’Analyse functionelle: L’analyse fonctionnelle est au cœur de l’étude sur les prix de transfert et comprend notamment:

  • Functions – quelle entité exerce les activités suivantes: Conception Conception Fabrication, Financement Logistique entrante R & D, Gestion des stocks ,Logistique sortante Marketing, Activités de vente, Services après-vente Activités de soutien
  • Risques-  quelle entité supporte les risques liés à la transaction et comprend: Risque financier, Risque de crédit et de recouvrement, Risque opérationnel, Risque de marché, Risque produit
  • Immobilisations incorporelles- quelle entité: Développé les actifs incorporels A la propriété légale des actifs incorporels Reçoit le bénéfice des actifs incorporels

 

Sélection d’une méthode de prix de transfert: L ‘ARC fournit le hiérarchie suivant des cinq méthodes suivantes:

  • Méthode du prix comparable sur le marché libre (« PCML »)
  • Méthode du prix de revente (R-)
  • Méthode du « Cost Plus » (C+)
  • Méthode du partage des bénéfices (PS)
  • La Méthode  transactionelle de la marge nette ( MTMN)

 

L’ARC nécessite que la méthode PCML soit utilisée si possible. Dans les cas où la méthode PCML n’est pas réalisable, l’une des quatre méthodes restantes doit être utilisée. Dans les rares cas où il est impossible d’utiliser l’une des méthodes ci-dessus, d’autres méthodes non spécifiées peuvent être utilisées. Cependant, en général, il n’est pas conseillé d’utiliser des méthodes non spécifiées. Le choix d’une méthode dépendra de l’analyse fonctionnelle et de la disponibilité de transactions comparables. S’il est possible d’utiliser la méthode PCML interne, la sélection d’une méthode peut être relativement simple.

 

L’Analyse Économique: L’analyse économique fournit les éléments suivants:

  • Sélection d’opérations comparables ou entreprises prenant en compte la qualité des hypothèses de données
  • La comparabilité des facteurs de choix économique approprié
  • Méthodes statistiques indicateurs de niveau de profit quantification des ajustements appropriés

 

Recommandation: La recommandation est un énoncé clair de la politique de prix de transfert recommandée.

 

Mise en œuvre et surveillance: Cette section détaille la méthode la plus efficace pour mettre en œuvre la politique de prix de transfert sélectionnée. Une étude sur les prix de transfert devrait être mise à jour chaque année pour refléter tout changement important dans les transactions considérées. À condition qu’aucun changement important ne se soit produit, une mise à jour est généralement simple. Étant donné que chaque étude doit être préparée avant la date limite de dépôt (généralement six mois après la fin de l’année sociale), il est conseillé de surveiller et de documenter tous les changements au fur et à mesure qu’ils se produisent au cours de l’année. Si les circonstances changent de telle sorte que certaines ou toutes les transactions ne représentent pas un prix de pleine concurrence, il est possible d’enregistrer un ajustement de fin d’année compensatoire. Cet ajustement doit être entièrement documenté.

 

Avertissement: Bien que tout ait été mis en oeuvre pour que ce site contienne des informations précises, il est possible que des erreurs existent dans les documents présentés. Toutes les informations fournies ici sont fournies «en l’état», sans garantie d’exhaustivité, d’exactitude ni de délais, et sans garantie de quelque nature que ce soit, expresse ou implicite. Les informations présentées sur ce site ne doivent pas être considérées ni interprétées comme des conseils juridiques, économiques, fiscaux ou comptables.

 

 

Si vous devez les taxes IRS sur votre 1040, plusieurs options de paiement s’offrent à vous, notamment les paiements électroniques. Les options de paiement comprennent:

 

  • Paiement Direct: Cet outil en ligne gratuit permet aux particuliers de payer leur impôt sur le revenu directement à partir de comptes bancaires sans frais ni pré-inscription. Tout contribuable qui utilise l’outil reçoit une confirmation instantanée que son paiement a été soumis.
     
  • Système électronique de paiement des taxes fédérales: Ce service gratuit offre aux contribuables un moyen sûr et pratique de payer leurs taxes personnelles et professionnelles par téléphone ou en ligne. Pour vous inscrire ou pour plus d’informations, appelez le 800-316-6541 ou visitez le site www.eftps.gov.
  • Retrait électronique de fondsl: E-file et e-pay en une seule étape.
  • Carte de crédit ou de débit: Les déclarants sur papier et les déposants électroniques peuvent payer leurs impôts par téléphone ou en ligne par l’un des processeurs de paiement autorisés. Bien que l’IRS ne facture pas de frais pour ce service, les processeurs de cartes le font.
  • Paiements par virement fédéral le jour même: Vous pouvez vérifier auprès de votre institution financière si elle peut effectuer un virement le jour même. Il y a peut-être des délais et des coûts.
  • Chèque ou mandat: Faites votre chèque ou mandat à l’ordre de «États-Unis». Trésorerie ». Également, imprimez au recto du chèque ou du mandat-poste: «2016 Form 1040»; prénom; adresse; numéro de téléphone de jour; et numéro de sécurité sociale. Pour vous assurer que le paiement est crédité rapidement, joignez également une pièce de paiement formulaire 1040-V.
  • Cash: Cela peut prendre jusqu’à sept jours avant de vous installer pour effectuer un paiement en espèces. S’il vous plaît lire attentivement toutes les étapes sur le site de l’IRS.

 

Plus d’informations sont disponibles sur IRS Payment Options https://www.irs.gov/payments

 

 

Les plafonds de déduction des frais et les taux des avantages de 2019 sont:

  • Le plafond de déduction des allocations exonérées d’impôt versées par les employeurs aux employés qui utilisent leur véhicule personnel pour le travail sera majoré de 1 ¢ en 2019 pour passer à 58 ¢ le kilomètre pour la première tranche de 5 000 kilomètres parcourus et à 52¢ par kilomètre additionnel. Au Yukon, au Nunavut et dans les Territoires du Nord-Ouest, le plafond d’exonération, qui est fixé à 4 cents de plus, sera augmenté pour passer à 62 cents le kilomètre pour la première tranche de 5 000 kilomètres parcourus, et à 56 cents par kilomètre additionnel.
  • Le taux général prescrit servant à déterminer l’avantage imposable qu’un employé reçoit à l’égard de la proportion des frais de fonctionnement d’une automobile payés par l’employeur qui servent à l’usage personnel de l’employé sera augmenté de 2 cents pour passer à 28 cents le kilomètre. Pour les contribuables dont la principale occupation est de vendre ou de louer des automobiles, le taux prescrit sera augmenté de 2 cents pour être porté à  25 ¢ le kilomètre. Ces taux reflètent les coûts d’utilisation d’une automobile. L’avantage additionnel lié au droit d’usage d’une automobile (c’est-à-dire au fait, pour un employé, de pouvoir utiliser à des fins personnelles un véhicule fourni par l’employeur) est calculé séparément, en fonction de la valeur amortissable, et il est également inclus dans le revenu de l’employé.

Les plafonds suivants pour 2018 continueront de s’appliquer en 2019 :

  • Le plafond de la valeur amortissable des voitures de tourisme aux fins de la déduction pour amortissement (DPA) restera fixé à 30 000 $ (plus les taxes de vente fédérale et provinciale applicables) pour les achats effectués après 2018. Ce plafond limite le coût d’un véhicule pouvant être déclaré à titre de dépense d’entreprise aux fins de la DPA.
  • Le plafond de déductibilité des frais d’intérêt payés sur les sommes empruntées pour l’achat d’un véhicule automobile restera fixé à 300 $ par mois pour les prêts effectués après 2018.
  • Le plafond de déductibilité des frais de location d’un véhicule automobile restera fixé à 800 $ par mois (plus les taxes de vente fédérale et provinciale applicables) pour les contrats de location-bail conclu après 2018. Cette limite est l’une des deux restrictions s’appliquant à la déduction des frais de location d’une automobile; par ailleurs, lorsque la valeur du véhicule dépasse le plafond de la valeur amortissable, les frais déductibles représentent une proportion des frais de location.

 

Les plafonds de déduction des frais et les taux des avantages de 2018 et 2019 sont:

  • 58 ¢ le kilomètre pour la première tranche de 5 000 kilomètres parcourus
  • 52 ¢ par kilomètre additionnel

 

 

 

Nouvelle date limite  FBAR- Entrée en vigueur en 2019

 

FinCen a annoncé une nouvelle date de dépôt pour la FBAR (formulaire FinCEN 114). La date d’échéance a maintenant été modifiée du 30 juin au 15 avril 2018 pour l’année d’imposition 2018 afin de coïncider avec la date de production de l’impôt sur le revenu fédéral. Une prolongation de six mois, pour une date d’achèvement du dépôt du 15 octobre, a été automatiquement accordée.

Click here  

 

Les « personnes américaines » sont tenues de déposer une FBAR si:

  • La « personne américaine » a soit un intérêt financier, soit un pouvoir de signature sur au moins un compte financier situé en dehors des États-Unis. 
  • La valeur globale de tous les comptes financiers étrangers a dépassé 10 000 dollars à tout moment de l’année civile à déclarer.

 

Les personnes suivantes sont considérées comme des personnes américaines:

  • Citoyens Américains
  • Résidents américains
  • Détenteurs de la carte verte
  • Particuliers choisissant le statut de non-résident en vertu d’une convention fiscale
  • Entités comprenant: des sociétés, des sociétés de personnes, des sociétés à responsabilité limitée, des fiducies ou des successions constituées en vertu des lois des États-Unis.

 

Date d’échéance

La date limite annuelle de production du formulaire TD F 90-22.1, Rapport sur les comptes bancaires et financiers en devises étrangères (FBAR) est le 30 juin. Le FBAR doit être reçu par l’IRS au plus tard le 30 juin. Contrairement aux déclarations fiscales, le FBAR est considéré déposée le jour de sa réception par l’IRS. Les cachets de la poste ne sont pas considérés comme des preuves du classement dans les délais.

 

 

Pour plus d’informations sur la FBAR, voir les liens ci-dessous:

 

 

 

Date des impôts personnels:

  • 15 Mars
  • 15 Juin
  • 15 Septembre
  • 15 Décembre

Pour plus d’informations cliquez-ici

 

Le compte d’épargne libre d’impôt (CELI) est un compte qui procure des avantages fiscaux aux Canadiens. Il peut contenir des liquidités ou des investissements tels que des fonds communs de placement, certaines actions, des obligations ou des CPG.

 

Comment fonctionne le CELI:

  • Tous les résidents canadiens âgés de 18 ans et plus peuvent cotiser à un CELI.
  • Le revenu d’investissement gagné dans un CELI est libre d’impôt.
  • Retraits d’un CELI sont libre d’impôt.
  • Les droits de cotisation inutilisés d’un CELI sont reportés et s’accumulent dans les années à venir.
  • Le montant total des retraits peut être réinvesti dans le CELI dans les années à venir. Une nouvelle cotisation au cours de la même année pourrait entraîner un excédent de cotisation qui serait assujetti à une pénalité fiscale.
  • Les contributions ne sont pas déductibles des impôts.
  • Ni le revenu gagné dans un CELI ni les retraits de celui-ci n’affectent l’admissibilité aux prestations et aux crédits fondés sur le revenu, tels que la sécurité de la vieillesse, le supplément de revenu garanti et la prestation fiscale canadienne pour enfants.
  • Les fonds peuvent être donnés à un époux ou à un conjoint de fait pour qu’ils investissent dans leur CELI.
  • Les actifs d’un CELI peuvent généralement être transférés à un époux ou conjoint de fait au décès.

 

Limite de contribution annuelle: 

  • La limite annuelle en dollars des CELI pour 2018 est de 5 500$
  • La limite annuelle en dollars des CELI pour 2016 à  2017 est de 5 500 $
  •  La limite annuelle en dollars des CELI pour 2015 était de 10 000 $
  • La limite annuelle en dollars des CELI pour 2013 et 2014 était de 5 500 $
  • La limite annuelle en dollars des CELI de 2009 à 2012 était de 5 000 $
  • La limite totale cumulative actuelle des contributions est de 46 500 $

 

Citoyens américains

Veuillez noter que le CELI n’existe pas aux États-Unis et qu’il est imposé et traité comme une fiducie étrangère par l’IRS, ce qui oblige à remplir certains formulaires de déclaration à l’étranger comportant des pénalités importantes s’ils sont produits en retard.

 

Pour plus d’informations sur le CELI, cliquez ici 

 

 

La pénalité pour production tardive correspond à 5% du solde dû et à 1% supplémentaire du solde dû pour chaque mois de votre déclaration, jusqu’à un maximum de 12 mois.

Remarque: La pénalité peut être plus lourde si vous avez déjà reçu la pénalité pour dépôt tardif au cours des trois dernières années. Si vous manquez la date limite de production des déclarations de revenus pour des raisons indépendantes de votre volonté, l’Agence du revenu du Canada (ARC) peut renoncer à la pénalité et aux intérêts applicables.

 

La date limite de production de votre déclaration de revenus des particuliers 2018 est le 15 juin 2019 au plus tard. Si vous avez un solde dû de 2018, vous devez le payer au plus tard le 30 avril 2019.

Toutefois; si vous, votre époux ou conjoint de fait avez exploité une entreprise dansen 2018, votre déclaration doit être produite au plus tard le 15 juin 2019. Pour plus de détails, visitez le site de l’ARC

 

 

L’Association canadienne des paiements (CPA) a annoncé de nouvelles spécifications auxquelles tous les chèques doivent être conformes d’ici décembre 2006. Les nouvelles spécifications de chèques sont en vigueur. Les imprimeurs et les entreprises imprimant leurs propres chèques sont encouragés à commencer à apporter les modifications requises au système le plus tôt possible. Toutes les vérifications d’entreprises canadiennes devraient être conformes aux nouvelles spécifications d’ici le 31 décembre 2006.

 

Chaque année, les entreprises sont confrontées à un choix: quel rapport souhaitent-elles sur leurs états financiers de fin d’année? Nous pouvons préparer plusieurs types d’états financiers, notamment: les états financiers vérifiés (les plus coûteux), les états financiers examinés, les états financiers compilés.

  • Rapport d’audit: Nous donnons une opinion sur la question de savoir si les états financiers, pris dans leur ensemble, sont présentés fidèlement. Cet avis est donné après des tests approfondis de la comptabilité. Les tests comprennent une confirmation avec des tiers, des procédures analytiques, une enquête auprès du personnel du client et une étude détaillée des registres comptables.
  • Rapport de mission d’examen: Nous exprimons une assurance limitée que nous n’avons noté aucun élément nécessitant des ajustements qui devraient être apportés aux déclarations afin qu’elles soient conformes aux normes acceptées. Le comptable doit procéder à un examen et s’assurer du caractère raisonnable des déclarations par le biais de procédures d’enquête et d’analyse.
  • Rapport de compilation: Nous n’exprimons aucune assurance quant à l’exactitude des états financiers. Nous ne divulguons que sous la forme d’états financiers des informations représentant la direction de l’entreprise. La raison la plus courante pour obtenir les états financiers audités les plus coûteux est les exigences de tiers (telles que les banques, les sociétés de cautionnement, les créanciers, les propriétaires absents ou les acheteurs potentiels). Les revues sont adéquates pour de nombreuses entreprises, car elles nous permettent de connaître suffisamment nos clients pour leur fournir des conseils en matière de planification fiscale et une perspective de consultation, le cas échéant. Les compilations sont généralement appropriées pour des situations simples où des conseils commerciaux et fiscaux limités sont requis.

 

 
Si vous exploitez une entreprise à propriétaire unique, une société de personnes ou une société dont les ventes brutes sont supérieures à 30 000 $ au cours d’un exercice, vous devez vous inscrire et percevoir la TPS et la TVQ.
  • Si vos ventes sont inférieures à 30 000 $, l’inscription est facultative. Les propriétaires uniques exploitant plus d’une entreprise doivent combiner les revenus de toutes les entreprises pour déterminer s’ils doivent s’inscrire.
  • Si vous êtes un organisme de services publics, tel qu’un organisme de bienfaisance, vous n’avez pas besoin de vous inscrire à la TPS / TVQ tant que vos revenus totaux ne dépassent 50 000 $.
  • Si votre revenu dépasse le seuil de 30 000 $ pour quatre trimestres consécutifs ou tous les trimestres, vous devez vous inscrire. Vous avez 29 jours à partir du moment où vos revenus atteignent 30 000 $ pour vous inscrire auprès de l’Agence du revenu du Canada (ARC) afin de pouvoir facturer la TPS / TVQ.
 

Avantages: De toute façon, les entreprises qui ne sont pas encore obligées de s’inscrire à la TPS / TVQ le font de toute façon. Un des avantages de votre inscription anticipée est que vous pouvez demander le remboursement de la TPS / TVQ que vous avez payée pour des achats initiaux. Pour certaines entreprises qui paient la TPS / TVQ, cela ajoute de la crédibilité, car les clients ne sauront pas que l’entreprise gagne moins de 30 000 $ par an.

Inconvénients: Être inscrit, cela signifie que vous avez beaucoup de paperasse à faire. Et bien sûr, vous devez également facturer et verser la taxe.

 

 

Une des stratégies de planification fiscale de fin d’année les plus populaires est la vente pour pertes fiscales, qui peut aider à réduire votre impôt sur les gains en capital. Particulièrement avec la forte performance récente du marché boursier canadien, vous pouvez avoir des gains en capital imposables importants , déclenché par la vente de stocks à profits. La moitié de votre gain en capital net est imposable à votre taux marginal. Cependant, vous pouvez compenser vos gains en capital par des pertes en capital. Bien que personne n’aime vendre un titre à perte, il peut être judicieux que ce titre ne réponde plus à vos objectifs de placement et vous pouvez utiliser cette perte pour réduire vos impôts.

 

Votre conseiller en placement  peuvent vous aider à identifier les actions qui conviennent le mieux à la vente avec perte d’impôt.

 

 Dates clés: Aux fins de l’impôt canadien, une vente a lieu à la «date de règlement» – normalement trois jours après le début de la vente. Si vous envisagez une vente avec perte fiscale, assurez-vous de laisser suffisamment de temps pour que la transaction soit réglée en 2018.

 

Initier la vente par:

  • Titres canadiens – 27 décembre 2019 (fermé le 25 et 26 décembre 2019)
  • Titres américains – 27 décembre 2019 (fermé le 25 décembre 2019)

 

Compensation des gains des années passées ou futures: Les pertes en capital doivent être utilisées pour compenser les gains en capital de l’exercice en cours en premier. Si les pertes dépassent les gains,  alors vous pouvez appliquer le montant de l’excés contre les gains capital des trois années précédentes (2016, 2017, or 2018) ou vous pouvez le reporter indéfiniment.

 

 Pertes superficielles: Vendre simplement une action pour provoquer une perte, et puis le racheter dans les 30 jours est considéré comme une «perte superficielle» par l’Agence du revenu du Canada, ce qui signifie que la perte sera refusée. La règle de la perte apparente s’applique également lorsque votre conjoint ou une société contrôlée par vous ou par votre conjoint acquiert ou rachète le même titre 30 jours avant ou après la vente.

 

 

Est-il préférable de louer ou d’acheter une auto? C’est un dilemme commun et pour beaucoup de gens, il est difficile de savoir quelle option est la meilleure.

 

Location: est vraiment une forme de financement automobile,  is really a form of automobile financing, et donc la vrai comparison est entre la location et souscrire un prêt auto pour acheter le véhicule. Les paiements de location sont généralement inférieurs aux paiements de prêt de voiture, parce qu’un bail ne finance que l’usage du véhicule que pendant quelques années, plutôt que l’achat du véhicule entier. Certaines personnes préfèrent louer, car vous pouvez obtenir une voiture plus chère pour des paiements mensuels moins élevés. Cependant, cela ignore la période « sans paiement » dont vous bénéficiez lorsque vous achetez. 

 

L’achat: après avoir payé le prêt auto. Si vous calculez les chiffres, acheter et garder le véhicule pendant une longue période est presque toujours moins cher que la location à long terme. L’avantage de la location réside dans le fait que la plupart des gens louent un véhicule neuf tous les deux ou trois ans et qu’ils ne présentent aucun risque majeur de réparation, mais qu’ils profitent également des plaisirs d’une voiture neuve.

Les règles fiscales pour déduire l’utilisation d’un véhicule sont complexes, qu’elles soient louées ou achetées. Cependant, l’Agence du revenu du Canada (ARC) tente de structurer les règles fiscales de manière à ce que les économies d’impôt soient similaires, que vous louiez ou achetiez un véhicule. Globalement, les conducteurs qui recherchent une option moins chère auront l’avance sur leurs achats s’ils achètent. Cependant, certaines personnes sont disposées à payer plus pour changer de véhicule tous les deux ou trois ans, ce qui est plus facile avec un contrat de location.

 

 

Notez que le zonage de la liste n’est pas un facteur pertinent pour déterminer la réponse à cette question.

 

Le facteur clé est la manière dont le bâtiment a été utilisé par le propriétaire actuel (le vendeur). Si le bâtiment était utilisé principalement comme lieu de résidence, la vente est alors exonérée de la TPS et de la TVQ. Dans le cas d’un bien à utilisation partagée (partie résidentielle et partie non résidentielle) alors la TPS et la TVQ s’appliqueraient à la valeur de la portion non résidentielle. Si l’acheteur en fait la demande, le vendeur doit fournir une déclaration indiquant, au moment de la vente, si tout ou partie de la propriété est exemptée de la TPS et de la TVQ.

Cette déclaration se trouve généralement dans l’acte de vente, mais doit également être recherchée dans une offre contraignante d’achat.

Notez: que si l’acheteur est inscrit à la TPS et à la TVQ, la TPS et la TVQ ne doivent pas être facturées sur la transaction. Il incombe au notaire de s’assurer que la TPS et la TVQ sont facturées au besoin, et ce, au plus tard à la clôture.

 

 

Un étudiant peut être tenu de produire une déclaration de revenus. S’ils ne sont pas tenus de déposer, il existe de nombreuses raisons pour un étudiant d’envisager de produire une déclaration de revenus des particuliers, qui inclut:

  • Remboursement de la TPS / TVQ pouvant atteindre près de 400 $ par année
  • Demander des montants pour frais de scolarité et pour études, qui peuvent être transférés ou reportés
  • Remboursement d’impôt sur le revenu
  • Remboursement de taxe foncière
  • Créer une salle de REER

 

Pour plus d’informations concernant les étudiants et les déclarations de revenus, cliquez ici.

 

 

 

Sous le traité conclu entre les États-Unis et le Canada et des traités modèles des États-Unis et de l’OCDE, une société canadienne devient imposable aux États-Unis uniquement lorsque ses activités aux États-Unis donnent lieu à dans un établissement stable.

 

 Un établissement stable est généralement défini comme comprenant soit un lieu d’affaires fixe (e.g.,un bureau, une succursale, un siège de direction, une usine, etc.) ou un agent dépendant qui exerce habituellement le pouvoir de conclure des contrats pour le compte de la société aux États-Unis. Le cinquième protocole au traité américano-canadien, qui comprend une clause entrée en vigueur le 1 er janvier 2010, prévoit qu’une société canadienne peut être réputée avoir un établissement stable aux États-Unis s’il soit:

  • Fournit des services aux États-Unis par l’intermédiaire d’une personne présente aux États-Unis pendant au moins 183 jours au cours d’une période donnée de douze mois et certaines autres conditions sont remplies, ou
  • Fournit des services aux États-Unis pour une durée totale de 183 jours ou plus au cours d’une période de douze mois donnée, dans le cadre du même projet ou d’un projet connecté pour des clients américains.

 

 Si une société canadienne a ou est réputée avoir un établissement stable aux États-Unis, elle sera soumise aux obligations de déclaration des États-Unis et sera tenue de payer un impôt américain sur les bénéfices des entreprises attribuables à cet établissement stable. Si les bénéfices d’un établissement stable qui sont imposés par les États-Unis sont également imposés au Canada et que des crédits pour impôt étranger ne sont pas disponibles pour compenser le montant total de l’impôt américain à payer, il peut en résulter une double imposition sur le revenu de source américaine du résident canadien. De plus, si une société canadienne omet de produire une déclaration de revenus aux États-Unis parce qu’elle estime que ses activités aux États-Unis ne constituent pas un établissement stable, elle (s’il est établi par la suite qu’il a eu un établissement stable aux États-Unis au cours de périodes imposables pour lesquelles aucune déclaration n’a été produite aux États-Unis) par la suite la possibilité de se faire refuser  la possibilité de réclamer par la suite des déductions sur le revenu attribué à son établissement stable aux États-Unis. 

 

Cliquez ici pour plus d’informations, contactez notre équipe de fiscalité Canada / États-Unis pour resoudre vos problèmes fiscaux.

 

 

 

Il y a plusieurs raisons qui expliquent pourquoi on pourrait décider d’utiliser une société de portefeuille, celles qui inclut:

  • Planification d’entreprise: Si vous êtes propriétaire d’entreprise, vous transférez les actions de votre société d’exploitation (Opco) à une société de portefeuille (Holdco) vous pourrez ensuite verser une partie des bénéfices d’Opco à Holdco sous forme de dividende a chaque année. Ceci est généralement libre d’impôt, dividende intersociétés. Holdco utilise ensuite cet argent pour acheter des investissements tels que l’immobilier, titres négociables, et autres entreprises privées. Si Opco nécessite plus d’argent pour une raison quelconque, Holdco peut prêter l’argent à Opco. Si le propriétaire de l’entreprise retire personnellement les mêmes gains d’Opco, le dividende sera imposable. Toutefois, puisque le dividende à la société de portefeuille n’entraîne aucun impôt, plus de fonds sont disponibles pour investir, et donc plus de revenus d’investissement peuvent être générés. De plus, une Holdco peut verser un revenu au propriétaire de l’entreprise et aux autres membres de la famille. Si d’autres membres de la famille sont dans des tranches d’imposition faibles, ils paieront moins d’impôt sur les distributions de revenus que ne le ferait le principal actionnaire. On peut considérer une société de portefeuille comme un régime de retraite privé. Les propriétaires peuvent accumuler des fonds dans une société de portefeuille pendant les années de forte rémunération, puis les retirer lorsqu’ils sont nécessaires, souvent lorsqu’ils sont imposés entre des catégories inférieures. Un autre avantage est que les bénéfices excédentaires sont transférés chaque année hors de la société d’exploitation. En conséquence, ces montants sont généralement protégés des créanciers de la société exploitante. Si nécessaire, Holdco peut prêter cet argent à Opco de manière sécurisée pour conserver cette protection contre les créanciers. 
  •  Planification successorale: Si vous décédez avec de nombreux investissements détenus à titre individuel, chaque actif devra être réenregistré au nom d’un héritier, à moins qu’il ne soit en copropriété avec l’héritier désigné. Toutefois, si vous possédez les mêmes investissements dans une société, le transfert d’actifs à un héritier peut s’effectuer par simple transfert des actions de la société de portefeuille au bénéficiaire. Si vous possédez des investissements à titre personnel, le recours à une société de portefeuille peut vous permettre de geler votre succession de manière à ce que vos futurs héritiers, peut-être des enfants ou des petits-enfants, en bénéficient davantage. Bien structurée, la croissance future concerne les actions ordinaires de vos héritiers, mais le contrôle des votes vous appartient. L’impôt éventuel de votre succession sera limité à la valeur des investissements à la date du gel. – les taxes sur la croissance future seront différées à un moment donné dans le futur. Si vous résidez hors du Québec, il peut être avantageux d’utiliser une entreprise pour réduire les frais d’homologation.
  •  Taxe successorale américaine: Les résidents canadiens pourraient être assujettis aux droits successoraux américains s’ils sont propriétaires d’un « bien immobilier américain », qui comprend notamment des actions de sociétés américaines. Si vous êtes par ailleurs assujetti aux droits successoraux américains sur ces titres, vous pouvez conserver ces placements dans une société de portefeuille canadienne pour éviter les droits successoraux.
  •  Récupération de l’OEA: les contribuables commencent à rembourser toute SV fédérale lorsque leur revenu dépasse 67 668 $. Si le particulier peut transférer des investissements à une société de portefeuille, son revenu personnel peut être réduit au-dessous du niveau où la récupération de la SV s’applique.

 

Avis: Bien que les sociétés de portefeuille offrent d’excellentes possibilités de planification à de nombreuses personnes, vous ne devez pas emprunter cet itinéraire sans consulter au préalable un conseiller fiscal qualifié.

 

Cliquez ici pour plus d’informations, contactez: 

 

UHY Victor LLP Équipe Fiscale Transfrontalière

crossbordertax@uhyvictor.com

(514)-282-0067

 

 

Une fiducie familiale est établie lorsque le titre légal de propriété est transféré par une personne (le « constituant ») à une fiducie créée dans un but particulier.

 

Les fiducies familiales peuvent détenir une grande variété d’actifs, y compris l’immobilier, cash, un portfolio de titres tels que des actions, obligations et fonds communs de placement, et les actions de sociétés privées. Une fois que les actifs sont transférés à la fiducie, ils sont ensuite administrés par un ou plusieurs fiduciaires au profit des bénéficiaires, qui ont un intérêt dans les biens et / ou les revenus de la fiducie. Les bénéficiaires peuvent être répertoriés individuellement lorsque la confiance est formée, ou peuvent être identifiés plus tard comme faisant partie d’un groupe spécifié (tels que les « enfants » ou les « petits-enfants »). Le constituant et les fiduciaires signent un acte de fiducie attestant l’intention du constituant de créer la fiducie, ainsi que les droits, devoirs et obligations des fiduciaires et les principes régissant la fiducie. Une fois que les actifs sont transférés à une fiducie, ils sont juridiquement séparés et distincts des actifs du constituant, des fiduciaires et des bénéficiaires.

 

Des bénéfices potentiels de l’utilisation du fractionnement du revenu des fiducies familiales:

  • Le propriétaire / directeur d’une entreprise qui souhaite partager le revenu avec son conjoint et des enfants adultes à faible revenu (par exemple, des étudiants universitaires) afin de réduire les impôts.
  • Pour les détenteurs d’actifs de placement importants ou ayant une société de placement, les fiducies familiales peuvent être utilisées pour fractionner le revenu tiré de l’actif de placement ou de la société entre enfants adultes.
  • Une fiducie familiale peut constituer un moyen fiscalement avantageux de subvenir aux besoins d’un ancien conjoint et / ou des enfants d’un précédent mariage.
  • Une fiducie familiale peut constituer un moyen fiscalement avantageux de subvenir aux besoins de parents âgés ou d’autres parents adultes ayant besoin d’un soutien financier.

 

Planification de la relève: Pour un propriétaire d’entreprise ayant des enfants qui pourrait être intéressé ou non à devenir actionnaire actif, les fiducies familiales peuvent constituer un outil de planification de la relève très utile, car elles constituent un vecteur de gestion et de contrôle continus de l’entreprise. Dans ce cas, les fiduciaires de la fiducie familiale pourraient détenir les actions de la société au profit de toute la famille jusqu’à ce que la succession de l’entreprise soit déterminée.

 

Vérification du créancier: Pour une personne préoccupée par d’éventuelles difficultés financières à l’avenir, une fiducie familiale peut aider à assurer la vérification des créanciers et la sécurité financière de sa famille. Si toutes les distributions de revenus et de capital sont laissées à la discrétion des fiduciaires, les créanciers des bénéficiaires ne peuvent généralement pas saisir les actifs de la fiducie familiale. En outre, dans le cadre d’une fiducie familiale bien établie, la fiducie peut aider à assurer une certaine protection des actifs contre les futures demandes d’indemnisation de biens matrimoniaux impliquant un bénéficiaire.

Planification fiscale pour la vente d’une entreprise: Les bénéficiaires peuvent être admissibles à une exemption de 750 000 $ sur les gains en capital améliorés sur le gain en capital qui leur est attribué par suite de la cession des actions d’une entreprise canadienne. Par conséquent, l’exonération des gains en capital de 750 000 $ peut être multipliée par le nombre de membres de la famille bénéficiaires de la fiducie.

 

Réduction des impôts sur la mort: Une fiducie familiale pourrait être utilisée comme un moyen de transférer de la croissance de la valeur d’une entreprise familiale à la génération suivante, avec report d’impôt.

 

Soutien aux personnes âgées ou ayant des besoins spéciaux: Une fiducie familiale peut être un moyen efficace de subvenir à leurs besoins financiers courants. En détenant des actifs dans une fiducie familiale, les avantages ci-dessus peuvent être obtenus tout en permettant aux fiduciaires de garder le plein contrôle (sous réserve de leurs obligations fiduciaires en tant que fiduciaires) sur la propriété de confiance. Il est important de noter que ce sont les fiduciaires qui contrôlent les biens en fiducie et non le constituant. Le constituant,  cependant, il fixe les termes de la fiducie dans l’acte de fiducie et les fiduciaires sont tenus d’agir conformément aux termes de l’acte de fiducie et de la loi générale sur les fiducies. De plus, le constituant peut être un fiduciaire de la fiducie familiale.

 

Remarque: Bien que les fiducies familiales offrent d’excellentes possibilités de planification à de nombreuses personnes, vous ne devez pas emprunter cette voie sans consulter au préalable un conseiller fiscal qualifié.

 

 

Veuillez contacter Ken Shemie si vous avez des questions ou des commentaires.

 

 

La possession d’une assurance vie dans une entreprise présente plusieurs avantages:

  • L’avantage principal est le coût. Les primes d’assurance-vie payées par une société ne sont généralement pas déductibles des impôts. Cependant, il est généralement moins coûteux de faire payer les primes par une société que de retirer des fonds d’une société et de payer les primes personnellement.
  • Lorsqu’une société reçoit une police d’assurance-vie non imposable pour la société bénéficiaire.
  • Le produit de l’assurance vie peut généralement être retiré de la société hors taxe. Pour ce faire, on utilise le mécanisme du compte de dividende en capital (CDC) pour déclarer un dividende en capital, lequel sera reçu en franchise d’impôt par les actionnaires résidant au Canada pour la majeure partie ou la totalité du produit de l’assurance.
  • Des nombreux actionnaires préfèrent dépenser les fonds de l’entreprise pour les primes d’assurance-vie et économiser de l’argent personnel à d’autres fins.
  • Certaines personnes préfèrent avoir l’assurance-vie dans une entreprise, ce qui donne une assurance accrue que des fonds sont disponibles pour payer les primes requises et que ces primes sont payées régulièrement.

 

Remarque: Bien que l’assurance vie appartenant à une entreprise puisse avoir du sens dans certaines situations, les règles peuvent être complexes et cette voie ne devrait pas être prise sans avoir au préalable consulté un conseiller fiscal qualifié. 

 

Veuillez nous contacter si vous avez des questions ou des commentaires.

 

 

Une fiducie est une entité juridique distincte de son constituant (la personne qui transfère des biens à la fiducie), de son bénéficiaire (la personne qui peut bénéficier des biens transférés) et de son fiduciaire (la personne qui contrôle et administre les biens de la fiducie).

 

Fiducie de conjoint: Une fiducie établie par testament à la mort s’appelle une fiducie testamentaire . Une fiducie de conjoitnt est une forme de fiducie testamentaire dans laquelle des biens spécifiques sont mis de côté dans la succession pour servir à assurer le maintien et le soutien du conjoint survivant du défunt. Généralement, les revenus des actifs sont versés au conjoint survivant, qui a également le droit d’empiéter sur le capital si nécessaire. À la mort, les lois fiscales canadiennes prévoient que la disposition d’un bien a lieu à sa juste valeur marchande à la date du décès. Comme résultat, l’appréciation de la valeur des actifs d’une personne décédée peut entraîner des impôts sur le revenu à payer sur la déclaration finale du défunt. Cependant si certaines conditions sont remplies, les actifs transférés directement à une fiducie testamentaire au profit du conjoint sont réputés avoir été aliénés à leur coût d’origine, qui reporte les impôts sur le revenu autrement payables sur leurs gains non réalisés.

Créer une fiducie testamentaire dans un testament peut accomplir les tâches suivantes: 

  • Reporte l’impôt sur les plus-values latentes du défunt jusqu’au décès du conjoint survivant.
  • Crée une entité distincte aux fins de l’impôt qui permet aux revenus générés par les biens transférés d’être imposés dans la fiducie. Ceci double effectivement les tranches de revenus inférieurs disponibles pour chaque individu, en réduisant l’impôt sur le revenu généré par le bien transféré.
  • Protège le capital de la personne décédée de l’exposition des créanciers potentiels du conjoint survivant.
  • Allows the deceased to appoint responsible trustees to safeguard the capital in the Spousal Trust from inappropriate investments and risks.
  • Permet au défunt de nommer des fiduciaires responsables pour préserver le capital dans la fiducie des investissements et des risques inappropriés.
  • Aide à assurer le paiement du revenu généré par les actifs de la fiducie au conjoint survivant.
  • Contribue à protéger le capital du défunt et à le transférer à ses bénéficiaires après le décès du conjoint survivant. Cela peut être important dans les seconds mariages où les époux ont des enfants d’un mariage précédent.

 

Remarque: bien que les fiducies de conjoint puissent avoir un sens dans certaines situations, les règles peuvent être complexes et cette voie ne devrait pas être prise sans avoir au préalable consulté un conseiller fiscal qualifié.

 

Veuillez contacter Ken Shemie si vous avez des questions ou des commentaires.

 

Pour les détails techniques, consultez l’ARC  IT305R4 « Fiducies testamentaires au profit du conjoint ».

 

 

Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles on pourrait décider d’incorporer son entreprise, qui inclut:

Responsabilité limitée:  Une société est une entité juridiquement distincte de ses propriétaires. En conséquence, les actifs personnels des actionnaires peuvent être protégés des créances des créanciers de l’entreprise. 

 

Avantages fiscaux: des avantages en matière d’impôts peuvent souvent être réalisés pour les raisons suivantes:

  • Les revenus des entreprises et des professionnels sont généralement imposés à des taux d’imposition moins élevés s’ils sont gagnés par une société plutôt que acquis personnellement.
  • Des impôts sur les bénéfices substantiels peuvent être différés si le propriétaire exploitant n’exige pas la totalité du revenu gagné pour des besoins personnels.
  • Les impôts peuvent également être réduits en choisissant de tirer un mélange calculé de salaire et de dividendes.

 

Partage des revenus les membres de la famille peuvent également détenir des actions d’une société, ce qui peut permettre le versement de dividendes (directement ou par l’intermédiaire d’une fiducie familiale) à d’autres membres adultes de la famille dont les tranches d’imposition sont inférieures.

 

Planification successorale: L’incorporation d’une entreprise permet au propriétaire-dirigeant de geler la valeur des actifs de l’entreprise afin que les impôts sur les augmentations futures de la valeur de l’entreprise puissent être différés.

 

 L’exemption pour gains en capital accordée aux petites entreprises: Les autorités fiscales permettent que les premiers gains en capital de 750 000 $ sur la vente d’une entreprise canadienne soient exempts d’impôt.

 

Planification de la relève: l’utilisation d’une société peut améliorer la transition ordonnée d’une entreprise vers des membres de la famille ou des acquéreurs d’une entreprise.

 

Continuité d’existence: Une société est une entité juridiquement distincte de ses propriétaires. Par conséquent, le décès d’un actionnaire n’entraîne pas la fin d’une entreprise. Les activités commerciales peuvent continuer sans interruption et le nouveau propriétaire sera la partie qui héritera des actions de la société de la succession du particulier décédé.

 

Autres considérations: Les avantages d’une constitution en société doivent être mis en balance avec les coûts et les efforts supplémentaires nécessaires à la création et à l’administration d’une société.

 

Remarque: Bien que l’utilisation des sociétés offre d’excellentes possibilités de planification à de nombreuses personnes, vous ne devez pas emprunter cet itinéraire sans consulter au préalable un conseiller fiscal qualifié.

 

Contactez  Sylvie Plante si vous avez des questions ou des commentaires.

 

 

 

Citoyens américains et résidents permanents américains au Canada: Un citoyen américain est soumis aux impôts sur les successions fédérales américaines, peu importe où il habite dans le monde.

Au décès, les droits de succession fédéraux américains sont calculés sur la base de la juste valeur marchande de l’actif imposable mondial, ce qui comprend généralement la valeur de tous les droits de propriété au moment du décès.

Selon les règles en vigueur, les droits de succession sont calculés sur les actifs imposables d’un Américain à  des taux DE 18% allant jusqu’à 40%. Toutefois, le montant des taxes sur les successions à payer est réduit par une exemption sur les premiers actifs de 5.6 millions USD, ce qui signifie que les contribuables américains ne sont soumis aux taxes sur les successions que si leurs actifs imposables mondiaux dépassent 11.2 millions USD.

Cette exemption de 5,6 millions de dollars US s’applique:

  • Aux taxes sur les successions
  • Aux taxes de transfert (TPS) ainsi qu’aux taxes sur les dons.

Les dons sont intégrés au régime des droits de succession et l’exonération de 5.6 millions de dollars US est réduite de tout don supérieur à 15 000 USD / an  fait du vivant d’un citoyen américain.

Notez que le seuil pour les cadeaux à un conjoint étranger non-résident est de 152 000 USD / an.

La taxe sur les dons vise à empêcher les personnes de faire des dons d’actifs à leurs héritiers de leur vivant, réduisant ainsi les droits de succession dus à leur décès. Des règles relativement nouvelles (appelées « transférabilité ») permettent de transférer toute portion non utilisée de l’exemption de 5.6 millions de dollars US d’un particulier à un conjoint américain survivant, qui s’ajoute à sa propre exemption de 5.6 millions de dollars US.

Notez que cette disposition s’applique au montant de l’exonération pour les droits de succession seulement. En outre, une personne veuve plus d’une fois ne peut utiliser que le montant d’exonération disponible du dernier conjoint.

 

Canadiens: Au décès, des impôts successoraux fédéraux américains peuvent être exigibles si vous possédez des « actifs de site américains ».

Les actifs situs américains comprennent:

  • Biens immobiliers américains nets de la dette sans recours (y compris les immeubles de placement immobilier, les places à la campagne et les condominiums)
  • Biens personnels américains (y compris bateaux, véhicules)
  • Stocks de sociétés américaines incorporées ou conservées aux États-Unis (y compris celles détenues dans des REER et des FERR). Notez que le maintien d’un compte de courtage au Canada pour détenir des titres américains n’évite pas l’exposition aux droits de succession américains.
  • Dettes des entreprises et des personnes américaines

Les actifs exclus, sont:

  • Obligations américaines
  • Comptes bancaires américains
  • Contrats d’assurance-vie américains (exclure mais inclure dans la valeur des actifs mondiaux)
  • Fonds communs de placement canadiens qui détiennent des investissements américains

 

Les Canadiens décédés avec plus de 60 000 $ US d’actifs situs aux États-Unis sont assujettis aux droits de succession fédéraux américains, calculés sur la valeur totale de leurs avoirs américains à un taux DE 18% pouvant atteindre 40%. Toutefois, la succession sera réduite d’une exemption de 5.6 millions USD x le ratio de l’actif brut des États-Unis sur les actifs mondiaux. Par conséquent, si un Canadien décède avec des actifs situés aux États-Unis représentant 50% de ses avoirs mondiaux de 8 millions de dollars US, il bénéficiera d’une exemption de: 5.6 millions de dollars US x 4 millions de dollars / 8 millions de dollars = 2.8 millions de dollars US.

Au décès, un Canadien devra généralement payer des impôts au Canada sur les gains accumulés sur des actifs américains dans sa déclaration de revenus finale du Canada. Selon les détails, l’Agence du revenu du Canada (ARC) permettra à un crédit pour impôt étranger d’être réclamé et appliqué au Canada pour les droits de succession américains payés sur ces actifs.

Cependant, les provinces n’autorisent généralement pas un crédit pour impôt étranger sur les taxes successorales américaines. Par conséquent, la succession peut être assujettie à une double imposition au niveau provincial.

La date limite de production d’une déclaration de succession américaine est généralement de neuf mois après le décès. Planification du passif des droits de succession Si votre succession est potentiellement assujettie aux droits de succession aux États-Unis, il peut exister des stratégies de planification permettant de réduire votre risque de droits de succession aux États-Unis. L’exemption de 2018 US $ 11.2 millions, vous devez être conscient que la double exemption n’est que temporaire et efficace si vous décédez entre 2018 à 2025.

 

Remarque: les règles de l’impôt sur les successions aux États-Unis sont complexes et aucune mesure de planification ne doit être prise sans d’abord consulter un conseiller fiscal qualifié.

 

Contactez nous si vous avez des questions ou des commentaires.

 

 

C’est une question compliquée et souvent difficile

 

Nous aidons régulièrement les Américains résidant à Montréal et au Canada et dans d’autres pays à faire face aux dépôts tardifs de la FBAR et à leurs pénalités potentiellement onéreuses en matière de retard de production.

Habituellement, nous commençons à examiner les détails, tels que:

  • Sont-ils conformes à leurs impôts canadiens sur le revenu.
  • La déclaration de revenus des particuliers américaine 1040 est-elle à jour?
  • Si les déclarations de revenus américaines étaient produites, étaient-elles déficientes d’une manière ou d’une autre? Les formes / problèmes problématiques et souvent négligés peuvent inclure les formulaires 3520,3520a, 8891, 5471,  sous-partie «f» revenu“f” income, « US Sourcing Income », etc.
  • Quelle est la nature / localisation / ampleur des comptes à déclarer sur le FBAR?
  • Tous les revenus ont-ils été déclarés complètement / correctement dans les déclarations de revenus canadiennes?

 

FBAR – Programme simplifié Le « programme simplifié » de l’IRS a débuté en septembre 2012. Ce programme est conçu pour faciliter le processus des personnes non conformes jugées « à faible risque » afin de mettre à jour leurs déclarations de revenus aux États-Unis et d’éviter potentiellement les pénalités pour production tardive. Ce programme nécessite le dépôt de 6 années de FBAR et de 3 années de déclarations de revenus et peut résoudre le problème de la FBAR en même temps que les déclarations de revenus américaines non déposées.

Cependant, le « programme simplifié »:

  • Ne traite pas du cas où les déclarations de revenus (1040) ont été produites et les FBAR n’ont pas été produites;
  • N’offre pas les protections structurelles existantes pour les déclarants qui utilisent d’autres options telles que le programme de divulgation volontaire (PDV);
  • De nombreuses personnes ne sont pas admissibles au «programme simplifié» car elles ne répondent pas aux critères de «risque faible». Par exemple, si leurs déclarations de revenus aux États-Unis reflètent des taxes à payer supérieures à 1 500 dollars par an, la soumission n’est pas considérée comme « à faible risque ».

 

Il est clair que la plupart des Américains qui ne se conforment pas à leurs déclarations FBAR sont préoccupés par les sanctions qui peuvent être imposées aux FBAR en retard. Même si le programme simplifié ne fournit aucune garantie, il peut constituer une option attrayante pour ceux dont les déclarations de revenus aux États-Unis répondent aux critères de «faible risque» de l’IRS.

 

FBAR – Divulgation volontaire Une divulgation volontaire est une méthode de correction des déclarations de taxe déficientes. Ainsi, si vous déclarez et payez de l’impôt sur tout le revenu imposable mais ne déclarez pas de FBAR, n’utilisez pas le processus de divulgation volontaire.

 

Remarque La FAQ 17 de la page Web OVDI indique: « Le but de la pratique de la divulgation volontaire est de fournir un moyen aux contribuables qui n’ont pas déclaré leur revenu imposable dans le passé de se présenter volontairement et de résoudre leurs problèmes fiscaux. Ainsi, si vous déclarez et payez l’impôt sur tout le revenu imposable sans pour autant produire de FBAR, n’utilisez pas le processus de divulgation volontaire. » 

 

Cependant, de nombreux avocats fiscaux américains et canadiens recommandent toujours d’utiliser le programme OVDP, car cette FAQ semble n’être qu’une « politique » de l’IRS et n’est pas une loi. L’OVDI est une option qui devrait être envisagée, mais gardez à l’esprit que le processus de divulgation volontaire peut être coûteux et ardu. Notre expérience est que le programme IRS OVDI est en attente de traitement et que le traitement d’un fichier peut prendre plusieurs années.

 

FBAR – Divulgation silencieuse Une autre option est la « divulgation silencieuse », qui consiste à envoyer discrètement des envois tardifs sans programme particulier ni informations de couverture. Les divulgations discrètes ont souvent eu du succès dans le passé, en raison de l’expérience selon laquelle l’IRS avait traité ces déclarations de revenus et les pénalités étaient rares. Nous ne recommandons pas cette option, car nous avons été informés de ce problème et nous sommes conscients que leur capacité à identifier les dépôts tardifs a augmenté et qu’ils ont l’intention de se voir imposer des pénalités pour un dépôt tardif.

 

FBAR – Divulgation bruyante Certains praticiens préconisent encore l’approche de «divulgation bruyante», qui implique de soumettre les contribuables au processus de dépôt normal, mais avec une lettre légale soigneusement rédigée et un contact personnel avec l’IRS. L’option «Noisy Disclosure» n’a pas été approuvée par l’IRS et, par conséquent, il est peu probable qu’elle évite les pénalités pour production tardive.

 

FBAR – Nouvelles procédures de dépôt À compter du 1er juillet 2013, les FBAR doivent être archivés par voie électronique à l’aide du système de dépôt électronique géré par le réseau de lutte contre la criminalité financière du département américain du Trésor («FinCEN»).Cette exigence de dépôt électronique obligatoire s’applique à tous les FBAR précédemment déposés et aux modifications des FBAR, qui sont soumis par des particuliers ou par des entités à compter de la date d’effet.

 

FBAR – Commentaire final: Les résidents américains au Canada et ailleurs sont de plus en plus conscients des problèmes de classement FBAR.

 

Il faut faire très attention lors du dépôt des FBAR en retard parce que les sanctions peuvent être penibles. Notez que dans les cas extrêmes, les individus peuvent être soumis à poursuites pénales avec peines d’emprisonnement ainsi que des pénalités financières élevées.

 

Infractions Sanctions civiles Pénalités criminelles Commentaires
Violation par négligence Jusqu’à $500 N/A 31 U.S.C. § 5321(a)(6)(A) 31 C.F.R. 103.57(h)
Violation non volontaire  Jusqu’à $10,000 pour chaque violation par négligence N/A 31 U.S.C. § 5321(a)(5)(B)
Modèle d’activité négligente En plus de la pénalité sous le § 5321(a)(6)(A) en ce qui concerne une telle violation, pas plus de $50,000 N/A 31 U.S.C. 5321(a)(6)(B)
Volontaire – Défaut de classer FBAR ou de conserver des enregistrements de compte Jusqu’à concurrence de 100 000 $, ou 50% du montant du compte au moment de la violation  Jusqu’à 250 000 $ ou 5 ans ou les deux 31 U.S.C. § 5321(a)(5)(C) 31 U.S.C. § 5322(a) et 31 C.F.R. § 103.59(b) pour criminel. La pénalité s’applique à toutes les personnes américaines.
Volontaire – Défaut de classer FBAR ou de conserver des enregistrements de compte tout en violant certaines autres lois Jusqu’à  une somme concurrence $100,000 ou 50% du montant du compte au moment de la violation. Jusqu’à 500 000 $ ou 10 ans ou les deux 31 U.S.C. § 5322(b) and 31 C.F.R. § 103.59(c) for criminal The penalty applies to all U.S. persons.
Dépôt sciemment et volontairement de faux FBAR Up to the greater of $100,000 ou 50% du montant du compte au moment de la violation. 10 000 $ ou 5 ans ou les deux 18 U.S.C. § 1001, 31 C.F.R. § 103.59(d) pour criminel. La pénalité s’applique à toutes les personnes américaines.

Des sanctions civiles et pénales peuvent être infligées ensemble. 31 U.S.C. § 5321(d). Si vous souhaitez discuter des FBAR’s, contactez:

UHY Victor LLP Équipe Fiscale Transfrontalière
crossbordertax@uhyvictor.com
(514)-282-0067


 
Loi sur la réduction des impôts et l’emploi: article 965 de l’IRC « Taxe de rapatriement »

L’article 965 récemment promulgué impose un « impôt sur le rapatriement » à certains bénéfices, non imposés auparavant, de sociétés étrangères déterminées (SFC) d’acteurs américains, en considérant que ces derniers sont rapatriés.

  • Bénéfices étrangers détenus sous forme de trésorerie et équivalents de trésorerie: imposés au taux de 15,5%;
  • Bénéfice restant: imposé à un taux de 8%.

La taxe de rapatriement peut généralement être payée par versements échelonnés sur une période de 8 ans.

 

Sociétés étrangères contrôlées assujetties à la « taxe de rapatriement »

En vertu des règles de « taxe de rapatriement », un actionnaire américain d’une SFC doit inclure dans son revenu la part proportionnelle du revenu étranger différé accumulé de la société après 1986 pour la dernière année d’imposition commençant avant le 1er janvier. 2018. Les directives fournies par l’IRS (Avis 2018-07) et la loi sur la réduction des impôts sur l’emploi et des emplois indiquent que l’impôt de rapatriement sur le revenu étranger différé est applicable à tous les actionnaires américains (y compris les particuliers, les sociétés en commandite, les sociétés de personnes et les sociétés) détenant 10% ou plus droit de vote dans SFC. Les SFC incluent les sociétés étrangères contrôlées (CFC) et les sociétés 10/50, mais pas les sociétés d’investissements étrangers passifs (PFIC) qui ne sont pas des CFC.

 

Sociétés étrangères contrôlées (CFC) soumises au « GILTI »

Le « revenu global incorporel faiblement imposé » (GILTI) impose un impôt sur l’excédent de revenu de CFC sur un taux de rendement de routine de 10% sur les actifs corporels de l’entreprise. Cela limite les avantages du report d’impôt pouvant exister dans les PPC.

 

 Américains résidant au Canada et qui possèdent des sociétés canadiennes

La « taxe de rapatriement » et le GILTI s’appliquent aux Américains résidant au Canada qui possèdent des sociétés canadiennes. Ces personnes doivent examiner attentivement les implications de la « taxe de rapatriement ». Notre équipe fiscale transfrontalière a mis en place un »groupe de travail sur la taxe de rapatriement »,qui a identifié un certain nombre de méthodes pour réduire les montants de « l’impôt sur le rapatriement ».

 Ce contenu est fourni à titre d’information générale uniquement et ne doit pas être utilisé pour remplacer une consultation avec des conseillers professionnels.

 

 

Pour plus de détails, veuillez contacter: 

UHY Victor LLP Équipe Fiscale Transfrontalière
crossbordertax@uhyvictor.com
(514)-282-0067

 

Loi sur les réductions d’impôt et les emplois: Les articles IRC 965 « Taxe de rapatriement » et GILTI s’appliquent aux Américains qui résident au Canada et possèdent des sociétés canadiennes.