UHY International: « IA » PEUT-ELLE NOUS RENDRE MEILLEURS?

UHY International: « IA » PEUT-ELLE NOUS RENDRE MEILLEURS?

This post is also available in: English (Anglais)

Publié le 18 janvier 2019
Par UHY Victor LLP

DES ASSISTANTS À DOMICILE COMME ALEXA À DES APPLICATIONS UPL, À UBER, L’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE RÉFORME DEJÀ NOS VIES PLUS CONVENANTES. UN OBJECTIF AU-DELÀ DES GAINS DE STYLE DE VIE, PEUT-IL ÊTRE UTILISÉ POUR AIDER À SURVENIR DE PLUS GRANDS DÉFIS AU PROFIT DE TOUS?

 

 

Lors de la conférence Google I / O 2018, Sundar Pichai, PDG de Google Inc., a déclaré: «Nous sommes à un point d’inflexion important en informatique», a-t-il ajouté. «Même si c’était une période passionnante pour piloter de nouvelles technologies, cela nous a permis de réfléchir davantage à nos responsabilités».

Il a ensuite réfléchi à une tendance qui façonne la manière dont les grands acteurs de la haute technologie abordent le développement de nouvelles technologies, où l’innovation au service de la société est essentielle. Tout comme Google tient à souligner que l’intelligence artificielle (AI) peut potentiellement avoir un impact positif sur les soins de santé, ses concurrents affichent également un visage bienveillant: IBM a lancé son programme Science for Social Good en 2017, tandis que Microsoft « AI pour de bon » déclare son engagement à avoir un impact positif sur l’environnement, l’éducation et les soins de santé.

Que ce soit ou non les motivations des géants de la technologie soient véritablement bienveillantes ou non, nombreux sont ceux qui croient que l’intelligence artificielle peut être exploitée pour le bien commun. La première réunion d’IA pour Global Good Summit a eu lieu en 2017. Elle réunissait des agences des Nations Unies (ONU), des responsables gouvernementaux, des dirigeants du secteur et des experts de l’IA pour discuter de la manière dont les solutions d’IA pourraient résoudre les problèmes mondiaux. Lors du Sommet de 2018, l’intelligence artificielle et les technologies numériques ont été identifiées comme essentielles pour la réalisation des objectifs de développement stratégique de l’ONU.

L’intelligence artificielle peut-elle vraiment aider à rendre le monde meilleur? Et si oui, comment?

 

DE PETITES SEMENCES

Beth Schulte, directrice de UHY Advisors MO, à St Louis (États-Unis), a beaucoup travaillé dans le secteur des technologies et a été l’un des mentors de l’un des programmes d’accélérateurs les plus prestigieux aux États-Unis. «Alors que les gros joueurs comme Google ont beaucoup d’argent à investir, les idées et les technologies qui alimentent l’innovation viennent souvent de jeunes innovateurs», dit-elle. «En s’appuyant sur des idées locales avec une équipe solide, ils sont acquis par une organisation disposant des ressources nécessaires pour l’élargir.»

Beth poursuit: «Beaucoup de grandes entreprises ont un bras d’innovation, mais elles pourraient aussi chercher à acquérir de petites entités ou de nouvelles entreprises et à tirer parti de leur technologie. Pour cette raison, chaque fois que je commence à travailler avec un entrepreneur dans le secteur des technologies, je lui demande toujours quelle est sa stratégie de sortie.»

DeepMind est un excellent exemple de démarrage d’une entreprise d’IA qui a prospéré sous un géant de la technologie. Fondée à Londres, au Royaume-Uni, en 2010, elle a été acquise par Google en 2014 et est désormais un leader mondial de la recherche sur l’IA et de son application positive. DeepMind Health a été lancé en 2016 et collabore avec deux hôpitaux londoniens: le Moorfields Eye Hospital, où l’IA est utilisée pour aider les cliniciens à améliorer le diagnostic et le traitement des problèmes de vision mettant en péril la vue; et le Royal Free Hospital, où l’application mobile Streams, basée sur l’IA, est utilisée pour détecter le risque de lésions rénales aiguës chez les patients. Les deux applications ont donné des résultats positifs, permettant des diagnostics et des traitements plus rapides, et faisant gagner du temps aux cliniciens et aux infirmières.

 

PUISSANCE ET RESPONSABILITÉ

Les solutions de santé de DeepMind montrent que l’IA peut sans aucun doute transformer les soins et le traitement des patients. Cependant, les premiers tests de l’application Streams et l’annonce récente par Google de l’installation de sa filiale DeepMind dans le bras principal de l’organisation ont suscité des inquiétudes quant au partage et à l’utilisation des données des patients. AI peut traiter de grandes quantités de données rapidement et avec précision, mais il lui faut également de grandes quantités de données pour «apprendre». Particulièrement à la lumière du scandale Cambridge Analytica, où des données personnellement identifiables ont été collectées sur Facebook et vendues à des fins politiques, l’inquiétude grandit quant à la manière dont les données personnelles sont conservées et utilisées.

«Un grand pouvoir implique une grande responsabilité», déclare Stuart Hurst, spécialiste de la comptabilité en nuage chez UHY Hacker Young à Manchester, au Royaume-Uni, et président du groupe de comptabilité en nuage de UHY Hacker Young. Stuart est un fervent défenseur de l’IA et de l’apprentissage automatique. Il décrit son application dans les services professionnels comme une révolution, en raison de sa capacité à fournir des informations rapides sur les données des clients. «La puissance des données est incroyable et nous avons accès à plus que jamais auparavant», dit-il. «Qu’il s’agisse d’activités commerciales, de soins de santé, d’événements météorologiques ou de famine, ces données peuvent être analysées et appliquées. Mais nous devons être responsables. nous devons savoir ce que nous en faisons.»

 

SANTÉ HYPERCONNECTÉE

Dans un monde de plus en plus connecté, les problèmes liés aux données personnelles sont devenus de plus en plus problématiques. Cependant, cette hyperconnectivité contribue également à orienter, développer et fournir des solutions basées sur l’IA visant à améliorer l’accès aux soins de santé.

Despite its healthcare system being universal, India has one of the largest subnational disparities in access to quality healthcare in the world. Bangalore hosts one of the largest tech clusters in the world, with numerous homegrown start-ups innovating to find ways to make healthcare more readily available in areas with a high patient to doctor ratio, or where medical facilities are not easily accessible. Mfine, for example, has developed an AI-powered platform to connect patients with medical professionals via a ‘Cloud Clinic’. Partnering with 30 local hospitals, it facilitated over 25,000 consultations in six months. Meanwhile, SigTuple is developing a platform which uses machine learning to collect, digitise and analyse medical data from specimens including blood samples and x-rays, with the aim of deploying it in areas where a lack of resources and trained individuals raise barriers to accessing care.

Jusqu’à présent, si prometteur – mais des défis demeurent. Dhwani Gala est partenaire de la société membre de l’UHY, Chandabhoy & Jassoobhoy, à Mumbai, en Inde, qui offre un «guichet unique» aux jeunes entreprises et aux petites entreprises à la recherche de conseils et de services commerciaux et financiers. «En tant que pays, nous avons la capacité d’améliorer les soins de santé. Nos experts en technologie et nos scientifiques sont parmi les meilleurs au monde», a-t-elle déclaré. «Le grand défi en Inde consistera à faire en sorte que les améliorations proposées par AI puissent réellement atteindre les villes et les villages isolés, ainsi que les couches les plus pauvres de notre société.»

La connectivité et les technologies qui l’utilisent peuvent aider à remédier aux inégalités en matière de santé en Inde et ailleurs. Mais alors que la couverture mobile atteint maintenant 95% de la population mondiale et que l’adoption du haut débit fixe et mobile est en hausse, même dans les pays les moins avancés, l’Union internationale des télécommunications (UIT) estime que « une croissance plus importante sera nécessaire la fracture. »

 

INVESTIR DANS L’AVENIR

L’hyperconnectivité a également permis de nouvelles méthodes de travail qui ont permis aux nouvelles entreprises de se développer et a, avec la technologie, démocratisé l’innovation dans une certaine mesure. Mais l’investissement et le soutien sont essentiels pour que les jeunes entrepreneurs qui cherchent à innover pour le bien social réussissent. Soutenus par les gouvernements, l’industrie ou le monde universitaire, les investissements dans les hubs et les accélérateurs spécialisés se développent au niveau mondial.

À Singapour, le soutien aux jeunes entreprises technologiques est un élément essentiel de la stratégie du gouvernement, qui vise en partie à améliorer la gestion des soins de santé dans une population vieillissante, avec le quatrième coût d’inflation médicale le plus élevé au monde. Parmi les innovations mises au point par les start-ups high-tech financées par la société gouvernementale SGInnovate, on compte un stéthoscope qui permettra aux médecins de «voir» un corps et d’utiliser des données pour rechercher et analyser des problèmes, ainsi qu’un appareil portable capable de capturer des images échographiques des patients dans des zones plus éloignées, qui peuvent ensuite être utilisés pour faire des recommandations de traitement.

Crispin Lee, directeur du développement des affaires chez UHY Lee Seng Chan & Co, à Singapour, a constaté une augmentation du nombre de jeunes pousses en quête de soutien commercial. «Singapour a un climat très propice aux affaires, soutenu par des incitations et un soutien du gouvernement», a-t-il déclaré. «En plus de promouvoir Singapour comme l’un des meilleurs pôles de start-up au monde, ils se concentrent activement sur le secteur des technologies, y compris l’intelligence artificielle.»

«En tant qu’entreprise, nous soutenons l’idéal d’utilisation de l’intelligence artificielle dans l’intérêt de tous. En plus d’être un cabinet de services professionnels, nous avons également une responsabilité sociale et voulons nous assurer que la technologie est utilisée de la bonne manière », a déclaré Crispin. « Et nous ferons certainement de notre mieux pour soutenir ces start-ups qui travaillent à la recherche de solutions bénéfiques pour la société. »

 

SOUTENIR LE SUCCÈS

Bien entendu, pour réussir, les nouvelles entreprises à l’origine de l’innovation ont besoin d’un soutien allant au-delà des investissements de démarrage et du mentorat à un stade précoce. Compte tenu de l’intérêt potentiel de «grands acteurs» tels que Google, le soutien d’un conseiller de confiance est essentiel.

Rob Starr, directeur des finances d’entreprise chez UHY Hacker Young à Londres, au Royaume-Uni, aide les jeunes entreprises à lever des fonds. «Les équipes de direction moins expérimentées peuvent avoir les compétences techniques pour leur entreprise, mais peuvent avoir besoin de beaucoup plus de soutien. Outre la preuve de concept, la capacité à démontrer le potentiel du marché et un modèle commercial durable et adaptable, les investisseurs potentiels doivent savoir quelle sera l’ampleur de la sortie potentielle et les prochaines étapes à la suite du cycle d’investissement actuel », a déclaré. 

«Je recommanderais toujours de faire appel à un conseiller», poursuit Rob. «Nous pouvons aider à apporter un niveau de crédibilité, même lorsque des entrepreneurs expérimentés sont impliqués. En plus d’utiliser notre connaissance du marché et notre réseau international, nous pouvons aider à faciliter les conversations et les négociations. ”

Beth Schulte est d’accord: «Les sociétés de services professionnels telles que UHY peuvent aider les nouvelles entreprises, de la création correcte de leur entité à l’accès aux crédits d’impôt pour la recherche et le développement, en passant par l’orientation de leur entreprise. Nous pouvons les aider à raconter leur histoire, agir en tant que directeur financier si elles n’en ont pas et même aider à augmenter la valeur de leur entreprise. Parallèlement à la consultation financière, nous pouvons offrir un support stratégique sur mesure.»

Stuart Hurst chez UHY Hacker Young à Manchester, au Royaume-Uni, constate que la flexibilité qui permet aux nouvelles entreprises de diriger l’innovation en matière d’IA se reflète également dans leur approche des services qu’elles utilisent.

«Les start-ups recherchent un type de service différent», dit-il. «Ils ont tendance à faire preuve de souplesse et à changer rapidement, et la technologie cloud leur convient parfaitement. Le client peut utiliser des solutions cloud pour mieux comprendre son activité.»

Cependant, la nécessité d’une relation personnelle et humaine demeure. «Bien que la technologie permette d’accéder aux informations à portée de main, les clients souhaitent toujours des réunions en face à face», déclare Stuart. « Cette relation personnelle est toujours extrêmement importante. »

 

TRAVAILLER EN PARTENARIAT

Utilisée dans les services de santé ou les services professionnels, l’IA offre de nombreux avantages, mais le facteur humain reste fondamental. Fei-Fei Li, directeur du laboratoire d’Intelligence Artificielle de l’Université de Stanford et scientifique en chef pour la recherche sur l’IA chez Google, a déclaré: «Malgré son nom, cette technologie n’a rien d’art artificiel – elle est fabriquée par l’homme […], elle doit être guidé par les préoccupations humaines.»

Bien que l’intelligence artificielle ne soit peut-être pas une panacée aux défis mondiaux, son application joue un rôle précieux en faveur de l’humanité. Ce n’est peut-être pas une question de savoir si l’IA peut nous rendre meilleurs, mais comment nous l’utilisons.

 

 

Notes aux rédacteurs
Contact presse UHY: Dominique Maeremans on +44 20 7767 2621
Email: d.maeremans@uhy.com – www.uhy.com