UHY International: Besoin de charité

UHY International: Besoin de charité

This post is also available in: English (Anglais)

Les scandales sexuels et financiers ont ébranlé la confiance du public dans les organisations à but non lucratif et ont suscité un examen plus minutieux. Les bons conseillers n’ont jamais été aussi dans le besoin …

 

En Australie, il s’agit du Royal Flying Doctor Service. Au Royaume-Uni, la recherche sur le cancer est souvent numéro un. Aux États-Unis, Malaria Consortium figure toujours en tête du classement.

Les organismes de bienfaisance et les organismes à but non lucratif comme ceux-ci sont valorisés et fiables, raison pour laquelle ils ont tendance à figurer en bonne place dans les rafles des destinations les plus louables pour l’argent public. Cela ne devrait pas surprendre: les organisations qui aident les personnes dans le besoin, ou qui offrent des services culturels, scientifiques ou éducatifs de valeur, sans prendre de profit, ont toujours été admirées par le public.

Et pourtant, ce respect ne peut plus être pris pour acquis. Dans certains pays, si la confiance dans les organisations telles que celles mentionnées ci-dessus reste élevée, la confiance dans le secteur à but non lucratif dans son ensemble s’est effondrée. Des recherches récentes pour la Charity Commission au Royaume-Uni ont révélé que les gens font désormais moins confiance aux organismes de bienfaisance qu’à un étranger dans la rue. Aux États-Unis, un sondage commandé par le Chronicle of Philanthropy a révélé qu’un Américain sur trois manque de confiance dans le secteur à but non lucratif.

Malgré la réputation de bien faire, il semblerait que nous ne considérions plus instinctivement les organisations à but non lucratif comme étant bonnes.

 

Un secteur avec « un problème »

La baronne Stowell de Beeston, présidente de la UK Charity Commission, a admis l’année dernière que le secteur « a un problème ».

«Il est clair que les gens font moins confiance aux institutions et aux personnes en position d’autorité qu’auparavant», a-t-elle déclaré. «Mais ce n’est pas parce que nos parents et nos grands-parents étaient plus naïfs. C’est parce que les gens ont maintenant plus de preuves pour prouver leurs soupçons. Ils sont plus sceptiques vis-à-vis de ceux qui assument des rôles importants ou qui étaient autrefois associés au respect, car ils peuvent voir ou ont directement expérimenté la façon dont ces groupes les ont vraiment laissés tomber. « 

Comment les organismes de bienfaisance nous ont-ils laissés tomber? Une série de scandales mondiaux très médiatisés ont érodé la confiance du public dans le secteur à but non lucratif. L’année dernière, un scandale sexuel a secoué une organisation caritative mondiale contre la pauvreté basée au Royaume-Uni, Oxfam, après que ses travailleurs humanitaires aient utilisé des prostituées dans les pays où ils travaillaient. Dans le même temps, les organisations caritatives et les organisations à but non lucratif du monde entier sont confrontées aux pressions du public et de la réglementation sur les salaires élevés des dirigeants et, dans certains cas, les techniques agressives de collecte de fonds.

Le résultat est que les finances du tiers secteur sont sous le microscope comme jamais auparavant. Le public et les gouvernements qu’ils ont élus exigent une responsabilité toujours croissante.

Marilyn Pendergast, associée à la société américaine UHY LLP à Albany, dans l’État de New York, a déclaré: «Il est clair que les organisations qui bénéficient d’un soutien public, que ce soit par des sources gouvernementales ou par des dons privés, soient de toute évidence plus transparentes que les entreprises privées ne sont pas cotés en bourse. Les parties prenantes et les utilisateurs de services ont le droit de s’attendre à plus de transparence et à la clarté des informations mises à leur disposition. « 

 

Transparence absolute 

Les organismes à but non lucratif font l’objet d’une surveillance accrue de la part des autorités de réglementation, et d’organisations spécialement créées pour contrôler leurs dépenses, de l’autre. L’année dernière, par exemple, le groupe Charity Intelligence Canada a publiquement déconseillé aux donateurs de faire un don à l’association caritative de hockey sur glace professionnelle Calgary Flames, accusant l’organisation d’un manque de transparence et de coûts de collecte de fonds élevés.

Un tel examen devient la norme et peut être dommageable. Un sondage réalisé aux États-Unis selon Money for Good a révélé qu’une majorité de donateurs privilégiait les organismes de bienfaisance bénéficiant de bonnes notations de la part de valideurs tels que Charity Intelligence, en dépit de certains débats sur le caractère équitable de ces notations. En conséquence, les organisations à but non lucratif doivent être absolument transparentes quant aux sources de leur patrimoine, à la manière dont cet argent est dépensé et à son utilisation.

Mais la nécessité d’une transparence absolue peut être compliquée par la taille et la diversité du secteur. Marilyn Pendergast, de la société américaine UHY, déclare: «Les organisations à but non lucratif peuvent être très petites, telles qu’une banque alimentaire communautaire reposant uniquement sur les contributions de voisins et de services de bénévoles, ou bien de grandes fondations nationales ou même multinationales fournissant des ressources à des œuvres caritatives. avec des budgets dans les millions de dollars. Leurs missions sont également très diverses. Aux États-Unis, ils couvrent toute la gamme allant des organisations de recherche agricole aux zoos et ainsi de suite. ”

Pour ne prendre qu’un exemple, la grande chaîne de magasins de vêtements Primark appartient à une société appelée Associated British Foods (ABF), et 59% d’ABF appartient à une organisation appelée Garfield Weston Foundation (GWF). GWF, le deuxième plus grand organisme de bienfaisance britannique par la taille de ses actifs, est une fiducie familiale qui soutient les organismes de bienfaisance britanniques au moyen de subventions depuis 50 ans. Peu de consommateurs britanniques auront entendu parler de GWF, mais beaucoup connaîtront les institutions qu’il soutient, du Shakespeare Globe Trust au Imperial War Museum, à l’Université d’Oxford et au Yorkshire Sculpture Park.

UHY Hacker Young vérifie les états financiers de GWF, et Subarna affirme que les subventions et les dotations historiques importantes constituent un autre ingrédient de la composition des financements à but non lucratif: pour. »

 

Surveillance réglementaire

Peu importe l’origine de leur financement, les gouvernements et les organismes de réglementation attendent davantage des organismes de bienfaisance, dont les références humanitaires ou altruistes ne suffisent plus pour les protéger d’un examen minutieux.

Aux États-Unis, de nouvelles normes comptables à but non lucratif sont entrées en vigueur en 2018, exigeant des informations supplémentaires sur la classification, la répartition des dépenses et la liquidité des organismes à but non lucratif, entre autres. Et Kirsti Armann, directrice générale de la société membre de l’UHY, Revisorgruppen AS, à Oslo, en Norvège, dit qu’un feu similaire est désormais dirigé sur les organisations à but non lucratif norvégiennes et que le statut fiscal est un domaine qui mérite un examen particulier.

«Ces dernières années, la Norvège a également souhaité une plus grande transparence en ce qui concerne les rapports financiers des organisations caritatives et des organisations à but non lucratif», a-t-elle ajouté. « En fait, au cours des 15-20 dernières années, les autorités fiscales norvégiennes ont exercé un contrôle plus important qu’auparavant sur les entreprises à but non lucratif, notamment en ce qui concerne la fiscalité et la situation fiscale. »

Avec une exigence de transparence accrue et une perte de confiance du public, de nombreuses organisations à but non lucratif dotées de budgets limités ont de plus en plus de mal à rester au-dessus des attentes. Cela signifie qu’il faut suivre les directives qui peuvent sembler changer presque chaque année. Comme aux États-Unis, la dernière mise à jour des normes comptables britanniques pour les organismes de bienfaisance a été publiée en novembre dernier. En Norvège, Revisorgruppen AS assiste régulièrement des clients sans but lucratif dans leur transition vers la «bonne pratique comptable pour les organisations à but non lucratif», une alternative récemment introduite au reporting prévu par la loi comptable norvégienne.

Sungesh Singh, partenaire d’audit et de certification pour la société membre néo-zélandaise UHY Haines Norton (Auckland) Limited, a déclaré que la réglementation en matière de rapports dans le pays avait été modifiée à deux reprises ces dernières années, en 2005 et 2012, et que «des délais assez stricts ont été établis pour les rapports . « 

«Le résultat, je dirais, est que la confiance du public dans le secteur des organismes de bienfaisance en Nouvelle-Zélande, du point de vue des rapports, est devenue« modérée ». Les exigences en matière de transparence et de déclaration sont relativement nouvelles, et je pense qu’il faudra un peu de temps avant qu’il devienne une arène de communication bien établie, riche en informations utiles sur les activités de nos organismes de bienfaisance, sur les sources d’argent dépensées et, surtout – sur quels sont les résultats. « 

Il ajoute que, depuis l’entrée en vigueur de la nouvelle réglementation, les organismes de bienfaisance de Nouvelle-Zélande ont été radiés du fait de la publication tardive des rapports.

Néanmoins, la combinaison d’une complexité croissante, d’une surveillance accrue et d’un secteur vaste et diversifié offre des opportunités au réseau mondial de UHY. «Les petites organisations comptent sur nous pour les rendre conformes», a déclaré Subarna Banerjee, de UHY Hacker Young, Londres, Royaume-Uni. «Et même les plus grandes organisations à but non lucratif ont du mal à suivre la législation. Nous pouvons le faire pour eux. « 

Sungesh acquiesce: « Compte tenu du nombre considérable d’associations caritatives en Nouvelle-Zélande et du niveau accru d’exigences en matière de transparence du point de vue des rapports, des entreprises comme UHY sont très demandées. »

 

Besoins divers, relations longues

 

UHY LLP, situé à Albany, dans l’État de New York, fournit des services à divers organismes à but non lucratif, des collèges aux musées, en passant par les organisations de soins de santé et d’assistance sociale. Les besoins de ces organisations sont variés et Marilyn Pendergast dit qu’ils vont souvent bien au-delà des services de comptabilité classiques: «Les experts-comptables agréés et agréés peuvent apporter de la valeur à leurs clients de nombreuses manières, en plus des fonctions traditionnelles d’audit et de fiscalité».

Elle a poursuivi: «Pour les collèges, par exemple, les changements démographiques des étudiants et le manque de fonds de dotation importants peuvent créer des problèmes de budget. C’est là que nous pouvons nous aider à évaluer les dépenses en aidant la direction et le conseil à élaborer un plan pour la poursuite et la croissance futures. »

Les musées peuvent être confrontés à la nécessité de moderniser leurs installations, ce qui nécessite une planification financière à long terme. Les organismes de bienfaisance du secteur de la santé ont besoin d’aide pour s’orienter dans un paysage réglementaire en évolution. Les services d’évaluation et de planification d’entreprise peuvent être précieux pour de nombreuses organisations à but non lucratif.

Pour Subarna Banerjee, de UHY Hacker Young, au Royaume-Uni, il existe également de très bonnes raisons d’affaires pour développer une stratégie à but non lucratif. Le succès de campagnes telles que The Giving Pledge, qui encourage les riches à donner de grandes quantités de leurs richesses à des causes philanthropiques, a contribué à susciter un nouveau mouvement philanthropique. Les sociétés membres de UHY peuvent être plus régulièrement interrogées sur les implications fiscales ou héréditaires des dons et dotations de bienfaisance, par des particuliers et des entreprises.

« Il est également vrai que le secteur caritatif est à l’abri du cycle économique », ajoute-t-il. «Les organismes à but non lucratif, en particulier ceux qui reçoivent un financement du gouvernement et des fonds de dotation, peuvent être relativement en sécurité financière, même en des temps difficiles pour l’économie au sens large. Pour les prestataires de services professionnels, il est possible de forger des relations à long terme très bénéfiques si vous êtes prêt à rester au fait de la réglementation, à offrir de bons conseils lorsque requis et à les maintenir en conformité avec une réglementation plus stricte. « 

Le message est clair À mesure que les règles deviennent plus strictes et que le scepticisme du public grandit, les organisations à but non lucratif ont besoin de bons partenaires – et de l’autorité, de l’expertise et de la responsabilité qu’ils apportent – plus que jamais.

 

Nos experts UHY contributeurs à cet article sont répertoriés dans l’ordre alphabétique ci-dessous, y compris leurs coordonnées.
Pour plus d’informations sur les capacités de UHY, contactez le bureau exécutif de UHY: info@uhy.com
Kirsti Armann, directrice générale, UHY Revisorgruppen AS, Oslo, Norvège. Son expertise inclut la fourniture de services de conseil au commerce et à l’industrie, ainsi qu’aux sociétés du groupe et privées. Téléphone: +47 23 204 905 Email: ka@rg.no www.rg.no
Subarna Banerjee, associée, UHY Hacker Young, Londres, Royaume-Uni. 20 ans d’expérience dans le secteur à but non lucratif et dirige le groupe caritatif national et le groupe à but non lucratif de la société.
Téléphone: +44 20 7216 4600 Email: s.banerjee@uhy-uk.com www.uhy-uk.com
Marilyn Pendergast, associée, UHY LLP, Albany, New York, États-Unis. Ses distinctions professionnelles incluent un prix IFAC Sempier pour ses contributions exceptionnelles à la comptabilité internationale.
Téléphone: +1 518 449 3166 Email: mpendergast@uhy-us.com uhy-us.com
Sungesh Singh, partenaire, UHY Haines Norton (Auckland) Limited, Henderson, Nouvelle-Zélande. Il possède une vaste expérience internationale et se spécialise dans le développement de procédures d’audit efficaces.
Téléphone: +64 9 839 2184 Email: sungeshs@uhyhn.co.nz www.uhyhn.co.nz